Maybe - L'automate

10/09/2009

Par Jean-Philippe Haas

Label: Autoproduction

Site:

Que peut pousser un groupe de rock progressif inconnu du plus grand nombre à effectuer son retour trente ans après sa dissolution ? Et que peut motiver ce même groupe à sortir finalement un premier album après tant d’années de non-existence discographique ? Cette reformation improbable correspond à la publication en 2007 du livre de Denis Fouquet, Bordeaux Rock(s) dans lequel est cité Maybe. De là à rafraîchir les anciennes compositions pour les enregistrer, il n’y a qu’un pas que les Aquitains vont allègrement franchir. Entre-temps, le trio s’est métamorphosé en quintette avec l’arrivée d’un claviériste et d’une chanteuse. Des années soixante-dix, Maybe en a conservé la candeur, la liberté de parole et l’empreinte sonore, mais également quelques maladresses et une certaine naïveté dans la musique et dans les textes déclamés par Patricia Capdevielle. Car le progressif théâtral qui parcourt L’automate, s’il évoque Ange, ne possède ni la poésie, ni la puissance épique de la bande à Décamps. Malgré tout, on trouvera au détour de ces six longues pièces quelques beaux moments mélodiques, des envolées instrumentales, notamment de guitare, et une certaine idée toute hexagonale du rock sophistiqué. Disponible à travers l’association Quadrifonic, L’automate, à défaut d’être passionnant de bout en bout, mérite d’être soutenu, ne serait-ce que pour rendre enfin hommage à ces vétérans de la scène progressive.