In Grief - Deserted Soul

09/09/2009

Par Marjorie Alias

Label: Bomworks Records

Site:

« Dans la douleur »… le décor est posé. C’est sous cette sombre appellation que six Norvégiens présentent leur tout premier essai. Mélodies naïves ou entraînantes et refrains accrocheurs peuvent rester bien gaiement chez les amateurs de power metal, il sera surtout question ici de lourdeur et de puissance, profondément orientées du côté obscur de la force.

L’auditeur s’enfonce lentement mais sûrement dans les méandres de Deserted Soul, invité par une introduction menant au chemin tortueux, voire torturé, de longues compositions aux colorations (façon de parler) doom. La voix du maître de cérémonie donne le ton et contribue grandement au caractère ombrageux de la formation. Souvent gutturale, elle s’adoucit parfois pour proposer des lignes de chant limpides, et intensifie cette impression de clair-obscur.

Les paroles sont ainsi tour à tour vociférées, récitées, psalmodiées à la manière de chants religieux. La quasi omniprésence des claviers renforce également les effets atmosphériques et ténébreux, les rapprochant parfois d’un metal symphonique, tandis que que riffs tantôt agressifs et lancinants, et solis de guitares inspirés, évitent d’enfermer le groupe dans un unique carcan.

Malgré un univers et une personnalité suffisamment affirmés, servis par une belle production, la longueur des titres (compris entre six et dix minutes chacun) se ressent par moment. La redondance de certains thèmes entêtants risque bien de lasser après quelques minutes, même si les cassures de rythmes, interludes et autres breaks bienvenus parviennent à maintenir le mélomane dans cette ambiance mi-oppressante, mi… rafraîchissante. Car c’est bien dans ses paradoxes que la musique de ces néo-martyrs prend son ampleur. Si ces musiciens craignent pour la désertion de leurs âmes, aucun souci à se faire quant à leur inspiration.