Slivovitz - Hubris

11/08/2009

Par Mathieu Carré

Label: Moonjune Records

Site:

S’il est établi que l’abondance de biens ne nuit pas, la formation transalpine Slivovitz se permet de remettre en question l’évidence. Car cet Hubris, qui commence comme un plagiat assumé et jouissif de la grande aventure Masada (« Zorn a surriento »), navigue ensuite entre un jazz-rock de bonne facture – toutefois trop classique pour emporter l’adhésion totale – et de petites incursions timides mais concluantes vers les musiques méditerranéennes (« Dammi un besh ») ou plus âpres (« Mangiare »), voire du funk gentillet sans jamais savoir avec quelle oreille les écouter. Construisant leurs compositions sur des bases solides et une vraie ambition de mettre en valeur la mélodie par les lignes limpides des parties de saxophone ou de violon (dignes de Jean-Luc Ponty), les sept musiciens jouent donc de cette ambiguïté, s’offrent de multiples détours vers des contrées moins sûres, sans jamais oser larguer les amarres de façon définitive. Et puisque Slivovitz, à travers son patronyme (une gnole slave à base de quetsches que l’on devine incendiaire) comme sa musique regarde souvent vers l’Orient (« Tilde »), on rêve d’un prochain disque loin de ses racines sécurisantes trop prégnantes. Qu’ils partent sans se retourner dans une aventure plus radicale, au risque de se louper, ils pourraient bien alors toucher au sublime.