Geoff Leigh & Yumi Hara - Upstream

04/08/2009

Par Mathieu Carré

Label: Moonjune Records

Site:

Impossible de ne pas penser au précédent disque de Yumi Hara enregistré avec Hugh Hopper (Humi sorti en 2008 chez Moonjune Records également) en découvrant ce nouvel album de la pianiste et improvisatrice japonaise, enregistré en compagnie de Geoff Leigh, saxophoniste et flûtiste de Henry Cow, groupe mythique et ambitieux de la scène Canterbury de la fin des années soixante-dix. Les deux musiciens construisent leur propos sur des bases communes mais ténues, faisant de cette collaboration plus un duel qu’un duo, entre provocation, défi et musique sans concession.

Geoff Leigh a ainsi pris la suite du patriarche Hopper disparu il y a peu ; et avec ses qualités, sa curiosité et son écoute, il propose à Yumi Hara d’autres horizons. Alors que rétrospectivement, Dune semblait empli de la colère sourde et désespérée du bassiste disparu, Geoff Leigh insuffle une certaine sérénité à ces compositions, et ce malgré les nombreuses aspérités dont elles regorgent. A la flûte, sans doute inspiré par son acolyte, Leigh verse dans une profondeur toute asiatique, évoquant l’ancestral et fascinant shakuhachi au point qu’une prestation dépourvue de tout accompagnement est à envisager sans inconvénient. Jouant de sa voix modulable à l’envie, Yumi Hara use aussi du legato et des grands aller-retours sur la gamme pour se lier au discours de son compère.

A ce duo fascinant viennent s’agréger bruitages, éclats de piano et improvisations diverses, un didgeridoo parfois, ou un saxophone dans les mains de Geoff Leigh, autant d’instruments bienvenus qui ne contraignent jamais la direction prise par le binôme. Contemplatif sans être exagérément agressif ou abstrait, Upstream est fait pour être écouté en pleine nature dans le vent ou le ressac, il vibre doucement au rythme d’un monde qui nous dépasse.