miRthkon - Vehicle

28/07/2009

Par Christophe Manhès

Label: AltrOck Productions

Site:

Ça se bouscule au portillon des affranchis du prog’à papa. Après les impressionnantes sorties de Rational Diet et, plus récemment, de Jono el Grande, les Californiens de miRthkon frappent désormais à la porte de l’avant-prog. Et pas avec une chiquenaude qui laisse indifférent, mais bien par un véritable coup de tatane capable d’ébranler bien des catégories musicales.

Précédés d’une excellente notoriété grâce à leur mini album, The Illusion of Joy (2006), qui en avait bluffé plus d’un, il fallait bien se doutait qu’en embuscade, prêts à s’élancer dans la cour des grands, se trouvait en Amérique de jeunes chenapans hyper doués et au sens de l’humour pas piqué des hannetons. Il restait à ces cadors à transformer l’essai par un album. Bingo ! Vehicle confirme tous les espoirs fondés. En reprenant et en amplifiant l’ambition de ses premiers titres, miRthkon démontre que sa troupe d’élite, pourfendeuse de clichés, possède un véritable savoir-faire pour fondre dans un style unique et dense des ingrédients aussi divers que le metal, le RIO ou le jazz.

Dans le détail, à partir d’une basse fauve et groovy, leur prog’d’avant-garde s’appuie sur deux binômes puissants, l’un de guitare et l’autre de saxophone, chacun jouant à l’unisson ou en contrepoint. L’écriture musicale, quand à elle, s’exprime dans un phrasé court et frénétique au tempo soutenu. Rien d’étonnant que sur scène le groupe sort les partitions pour ne pas perdre le fil. L’album étant en majorité instrumental, les quelques titres chantés sont si efficaces que l’on regrette amèrement leur usage parcimonieux.

Peu importe, ce Vehicle, c’est l’autobus du bonheur qui provient autant de références canoniques laissées en infusion, comme celles de Frank Zappa, Meshuggah, et des sous-estimés Gentle Giant dont miRthkon retient la fantaisie, l’énergie et le goût du contrepoint, que du concept global, fortement parodique, qui transforme cet album en « film pour vos oreilles ».

Si l’impression d’humour débridé de leur précédente réalisation semble s’être un poil effacée, ce disque démontre un penchant toujours burlesque avec toutefois une acidité nouvelle et bienvenue. De chiens fous, ils sont passés à clowns philosophes. MiRthkon a donc vu les choses en grand. Impeccablement produit par le leader et guitariste Wally Scharold, mixé par le génial Dan Rathbun des Sleepytime Gorilla Museum — excusez du peu —, la tambouille musquée et ébouriffante de Vehicle en sidérera plus d’un.