Being & Time - Being & Time

26/06/2009

Par Jérôme Walczak

Label: Musea Parallèle

Site:

Il faut toujours se méfier d’un groupe qui porte le même nom qu’un sujet d’un bac de philo (Heidegger : L’être et le temps). A trop s’engoncer dans la conceptualité la plus abstruse, on finit par s’enliser dans une torpeur molle et migraineuse qui est à la musique ce que la démocratie est à l’Iran. Très honnêtement, ce duo nippon (un clavier et une basse) ne convainc pas et il est à scinder ce disque en deux volets : une première partie poussive de jazz rock éculé, typique de ces groupes qui nous ennuient copieusement pendant les premières parties de festival de jazz en province. La seconde partie s’est voulue moderne : comprenez electro, mais contrairement aux impériaux Pure Reason Revolution, ces parties accrochent bien difficilement les oreilles autant que l’intérêt qu’elles tentent de susciter. La virtuosité ici se résume à une série de constructions difficiles, peu séduisantes et surtout mille fois écoutées. Le dossier de presse vante les mérite de ce joyeux groupe en évoquant King Crimson et Yes… Même en étant malhonnête, cette prestigieuse ascendance est ici absente, même en récurant les faces B des dits groupes. Musea sait parfois détecter de vrais bons groupes, mais leur générosité sans bornes devrait se montrer un minimum plus exigeante. Le disque coûte cher, c’est une bonne raison pour ne pas proposer n’importe quoi à un public qui est en droit de prendre un peu de plaisir à l’écoute. Décevant et source de perte de temps.