Minsk - With Echoes in the Movement of Stone

12/06/2009

Par Jean-Daniel Kleisl

Label: Relapse Records

Site:

Comme son nom ne l’indique pas, Minsk vient de Peoria en Illinois. Formé en 2002, l’ensemble américain est l’auteur de deux albums ainsi que d’une démo. Il est surtout connu pour être à Neurosis ce que Pendragon est à Genesis : un suiveur patenté. Ce troisième disque officiel le sortira-t-il enfin de l’ornière ?

With Echoes in the Movement of Stone est une pierre massive de post-metal apocalyptique, naviguant entre le doom de My Dying Bride, des vocaux qui rappellent le Metallica de Master of Puppets, des percussions tribales et évidemment, les incontournables du genre, Isis et surtout Neurosis. Les trois premiers morceaux dévoilent des modèles d’architecture complexe, sous la violence lourde d’une atmosphère mortifiante. On citera particulièrement « The Shore of Transcendence », le sommet de l’album, dont les changements rythmiques et harmoniques, joliment soutenus par les claviers, restent un régal et sortent quelque peu du schéma habituel développé par Minsk.

Les Américains n’hésitent pas à se lancer dans de grandes fresques expérimentales (« Crescent Mirror », « Pisgah ») mais peinent malheureusement à convaincre. En effet, tant dans leurs parties metal que bruitistes, l’ombre incessante de Neurosis plane sur eux. On pourra rétorquer qu’il y a pire comme influence. Certes, mais que celle-ci soit assimilée ! Or, le groupe n’a pas encore totalement digéré le copieux menu des mythiques Californiens.

Mentionnons toutefois une production très moderne et puissante, aux nombreux passages accrocheurs qui convaincront les amateurs de post-hardcore. Ceux-ci devront néanmoins admettre qu’il n’est pas facile de sortir la tête d’un genre fortement encombré – même les dernières parutions d’Isis et Neurosis marquent le pas ! – et de proposer une approche renouvelée. La prochaine fois, peut-être ? En effet, le potentiel de Minsk semble suffisamment convaincant pour y parvenir.