Maudlin of the Well - Part the Second

04/06/2009

Par Christophe Manhès

Label: Autoproduction

Site:

Maudlin of the Well était l’athanor dans lequel ont muri les éclats futurs de Kayo Dot, une des formations actuelles les plus captivantes. Mis hors jeu par cette descendance remarquable, on pensait le groupe enterré pour de bon. Mais contre tout attente, tel le phénix, Maudlin of the Well renaît de ses cendres avec un quatrième album nommé de manière plutôt avisée : Part the Second. Avant de pénétrer ce disque inespéré, il vous faudra néanmoins dépasser un trouble sérieux. Malgré un line up en grande partie identique à celui du passé, ce Maudlin of the Well sonne presque comme un faux. Alors que sa musique était d’un œcuménisme étonnant dans la diversité de ses influences, comme un « Dr Jekyll et Mister Hyde » pivotant à volonté entre art rock, musique de chambre et death metal, cette nouvelle production s’est débarrassée de la partie la plus sauvage de sa personnalité pour ne laisser s’exprimer que la plus civilisée et la plus lumineuse. Contre-nature ? Peu importe car, les premières écoutes inaugurées, cet album révèle une évidence : Toby Driver, à travers ce Maudlin of the Well, a concocté une fois de plus un disque époustouflant.

Ni vraiment du Maudlin of the Well, ni complètement du Kayo Dot, Part the Second possède une identité propre et fait inédit, c’est un album chaleureux. Plutôt inhabituel au regard de l’œuvre de ces compères davantage tournés vers les froides immensités et les fulgurances cinglantes que vers l’introspection et la condition humaine. Sans jamais trahir leurs penchants pour les variations – bien au contraire – nos célestes troubadours ajoutent une fluidité remarquable qui métamorphose chaque forme en un luxe de détails et d’élégances. Chaque écoute révèle ses trésors inattendus. Les guitares notamment, si typées, entre douceur New Age et foudre rock, distillent leurs incroyables inventions comme des enchanteurs à une fête ensorcelée. Le jeu des cordes de Mia Matsumiya apporte cette touche exotique de plus en plus prégnante et une ambition digne des plus belles musiques de chambres. Les parties claviers de Terran Olson n’ont jamais été aussi belles et si richement ornées. Impossible en revanche de décrire avec minutie ces titres saisissants, la musique est belle et bien trop riche pour en être réduite ainsi.

Ne pas assez débattre de l’esthétique dans la musique rock est un tort. Dans ce contexte, et dans la continuité du fabuleux Bath ou de Dowsing Anemone With Copper Tongue de Kayo Dot, Part the Second est une œuvre éblouissante et noble qui place Toby Driver parmi les plus grands esthètes du XXIe siècle. D’autant que l’album est disponible en téléchargement libre dans une qualité audio CD ! Plus qu’un magnifique cadeau pour ses fans, Maudlin of the Well vient adresser un incroyable pied de nez au business et à tous les esprits médiocres qui ont volontairement oublié que la musique est avant tout un partage. Fut un temps on appelait même ça une offrande.