Rosa Luxemburg - Chapitres I & II

26/05/2009

Par Dan Tordjman

Label: Spartakus Musique

Site:

Derrière ce patronyme se cache une formation à cent pour cent familiale, puisque composée de trois frères et sœurs – Minouche, Pipo et Marie-Catherine – et de JB, un de leur cousins. Pour son premier album, Rosa Luxembourg a voulu faire dans l’inhabituel en présentant sa musique en deux « Chapitres » et le tout en français, s’il vous plaît ! Pour la première partie, ils se sont inspirés de la vie de Rosa Luxemburg, militante révolutionnaire à laquelle ils ont emprunté leur nom. La seconde, quant à elle, est composée de chansons prospectives. Au travers de ces deux « Chapitres », on découvre un véritable patchwork d’influences et de clins d’œil à des groupes et artistes différents et variés tels que Dream Theater, Laurent Voulzy, Tenacious D, Frank Zappa ou Spock’s Beard. Tous ces noms prestigieux ont en commun un rare sens de la mélodie, qui peut s’entendre sur « Barricade », hommage évident à Voulzy. Sans pour autant faire dans la surenchère, il est plaisant de constater que ce mélange d’influences, pouvant paraître indigeste, se révèle être suffisamment bien dosé pour éviter une crise de foie. En effet, on découvre vite l’envie d’aller au bout du disque pour en savoir plus sur la vie de Rosa et son œuvre. La seconde partie met en avant une facette plus progressive de Rosa Luxembourg et la paire de guitaristes Minouche et Pipo s’en donne à cœur joie sur « Le changement » et « L’architecte », pièces maîtresses de l’album. Au rayon des reproches, on notera un manque de puissance dans la voix de Marie-Catherine, un fait qui a son importance notamment lors des parties plus pêchues. L’auditeur potentiel n’en sera pas pour autant freiné mais tout est dans le détail. Pour paraphraser un des titres de l’album, Rosa Luxemburg souhaite « Avancer vers demain ». Avec un certain talent d’arrangement et de composition, nul ne doute que des curieux vont rapidement se pencher sur cette fine équipe. A suivre, non sans intérêt.