Triclops! - Out of Africa

22/05/2009

Par Christophe Manhès

Label: Alternative Tentacles

Site:

Dernière trouvaille du label Alternative Tentacles qui, pour rappel, a été un temps la maison favorite des Melvins. Originaires de San Francisco, le groupe est composé de Larry Boothroyd des Victims Family à la basse, et de John Geek des Fleshies aux vocaux, ainsi que des members de Bottles and Skulls et Lower Forty Eight. Dans ce coin de la Californie, ce genre de barjos sont recensés par les services de presse. Pour faire simple mais imagé, Triclops!, c’est comme si un technicien de studio avait fait une bourde heureuse en mélangeant les bandes d’un album de The Mars Volta avec celle d’un groupe de rock alternatif tombé dans la marmite du punk et du hardcore.

Bigre, ces Américains font donc dans le touillage abrasif, entre le style bordélico-hystérico-psychédélique bien connu des débridés de la bande à Omar Rodríguez-López et celui, énergique mais inspiré, de Jane’s Addiction, voire de The Melvins. Si on aime être surpris, pourquoi pas. Dans le domaine de la création, les métissages ont largement fait leurs preuves. La bonne surprise c’est que le résultat est plutôt passionnant et moins indigeste que prévu. Parfaitement rodée, la musique de Out of Africa prend même de beaux envols inattendus. Fort en gueule comme fort en thèmes, la force des Triclops! est d’être capable de décaler la puissance vers des frontières d’un lyrisme original et plutôt bien brassé, qui évite heureusement les boursouflures. Ce sont des structures mouvantes et sophistiquées, presque progressives, mais égaement le chant surprenant de John Geek. Avec sa voix régulièrement distordue, qui ressemble à celle d’un Jon Anderson sous acide perdu au pays du rock alternatif, Geek donne à lui seul une impulsion impressionnante à l’ensemble.

Out of Africa n’est pas seulement destiné aux léthargiques de naissance qui y trouveront un intérêt curatif évident. C’est aussi 24 heures chrono version rock nucléaire. Ça tache un peu mais c’est nerveux, rebondissant et, surtout, ça ne vous lâche pas une seconde. Comme notre tryclopidé a eu le goût de rassembler le tout sur quarante petites minutes pour ne pas alourdir l’impact global, vous l’aurez compris, on vous conseille sans hésiter d’y jeter au moins par trois fois une oreille attentive.