Ulysses - The Gift of Tears

11/05/2009

Par Jérôme Walczak

Label: Symbioses Music

Site:

Ulysses est originaire des Pays-Bas et avait livré en 1998 un Symbioses de très bonne facture metal progressive empreinte de tous les poncifs du genre : titres longs, guitares techniques, mélodies et ballades obligatoires. Michael Hos, le nouveau chanteur, inaugure The Gift of Tears et force est de constater que son arrivée, ainsi que les années qui ont passé depuis, ont prodigué des changements salutaires à la formation.

Les orientations restent teintées d’une veine metal où la guitare emphatique règne en maîtresse indiscutée. L’ombre de Dream Theater plane sans conteste sur quelques titres pour le moins agréables (« The Gift of Tears » notamment). Quelques morceaux proposent également richesse et structure avérées très riches tel « Anat », pierre angulaire de l’œuvre et pour ainsi dire le meilleur titre de par sa variété : quinze minutes d’une grande intensité, où chaque étape permet de gravir un échelon supplémentaire dans les émotions, et qui relate la perte d’un enfant par ses parents. Le thème est délicat mais l’atmosphère étrange, oppressante et le chagrin, au passage fort bien interprété, sont secondés d’heureuse manière par la légèreté des rythmes et un accompagnement vocal toujours juste.

L’option choisie par le groupe se tourne résolument vers un rock progressif dénué de violence ou d’écarts techniques indigestes : les titres sont efficaces et mélodieux, parfois même un peu trop faciles. La production générale demeure toutefois assez moyenne et chaque instrument a parfois du mal à se faire une place au milieu de ce maelström particulièrement touffu. Les amateurs de Riverside ne devraient pas être déçus car les accointances avec la formation polonaise sont nombreuses. Ce qui séduit chez Ulysses, c’est ce désir de construction et ce souci de l’architecture musicale, qui par conséquent laisse, il est vrai, moins de latitude aux rêvasseries dont se délectent habituellement les amateurs de musique progressive.