Cast - Originalis

22/04/2009

Par Christophe Gigon

Label: Musea

Site:

Tout commence comme un bon disque de Yes dans sa période la plus grandiloquente et luxuriante, puis on identifie le style reconnaissable entre mille de la formation mexicaine trentenaire : architectures complexes, chants (masculin et féminin) en espagnol et ajouts discrets d’éléments issus de la culture musicale sud-américaine. Attention chers aventuriers défricheurs, c’est parti pour un double disque ébouriffant qui ne vous laissera ni souffler, ni vous reposer entre deux salves de guitares possédées.

A l’instar de The Flower Kings, le groupe ne chôme pas puisqu’il propose peu ou prou un album chaque printemps. Mais a contrario des Scandinaves, la qualité des compositions reste intransigeante, même après tant d’années (sûrement grâce au renouvellement fréquents des musiciens). Alfonso Alves, le chef de troupe, se permet en outre le luxe d’organiser annuellement le célèbre BajaProg Festival dans son pays natal. Encore un acharné insomniaque ! Si cet hyperactif personnage déborde d’énergie autant que sa musique rayonne, nul besoin de s’inquiéter pour lui ! Difficile, ne serait-ce que la moindre seconde pendant les quatre-vingt-dix minutes qui constituent cet Originalis d’excellente facture à l’intitulé partiellement trompeur. Pourquoi trompeur ? Pour deux raisons : premièrement, la production discographique du groupe est à présent si pléthorique qu’il faut bien admettre qu’un certain style, pour ne pas dire « train-train », s’est établi. Ensuite, la musique développée par Cast, si elle est unique, majestueuse et lumineuse de bout en bout, doit tout de même beaucoup à Yes, Mike Oldfield et autres ténors du rock progressif des glorieuses années soixante-dix.

Ne boudons néanmoins pas ce plaisir sans cesse renouvelé de se mettre en bouche un peu d’exotisme progressif. Manifestement, Cast, malgré son grand âge et un son vétuste, ne s’essouffle pas et sait toujours proposer une musique de haute qualité, à la technicité ébouriffante, et qui sait éviter le plus souvent avec panache la vacuité et la boursouflure. Remarquable.