Amoral - Show Your Colors

22/04/2009

Par Marjorie Alias

Label: Spinefarm Records

Site:

Avec leur quatrième album, les Finlandais de Amoral ont décidés de quitter leurs sphères death technique et mélodique originelles pour aller voir du coté d’un power heavy aux tendances thrash assumées. Nul doute que ce virement surprendra les fans de leurs premiers travaux, et / ou rameuter un nouveau public. Pour celles et ceux qui les découvrent aujourd’hui, une brève présentation s’impose. Depuis leur formation en 2000 et leur premier album studio quatre ans plus tard, la formation a déjà connu plusieurs changements de membres, dont deux bassistes et chanteurs différents. Et, ô surprise, le nouveau vocaliste autour duquel le groupe s’articule désormais n’est autre que le gagnant de la Nouvelle Star finlandaise 2007 : Ari Koivunen ; et c’est là que les différences culturelles s’imposent un peu plus à nous, français (quoique nous avons bien eu Steeve Estatoff…).

Quoi qu’il en soit, et mise à part sa bénédiction populaire, ce nouveau chanteur n’est sans doute pas étranger au changement de style d’Amoral. Qu’il s’agisse de la cause ou de la conséquence, sa présence au sein du groupe a définitivement donné un ton différent à leurs compositions, qui abandonnent, de fait, le chant death typique et ses grunts et autres growls, au profit de lignes mélodiques au chant clair, qui entrecoupent toutefois les refrains accrocheurs par des couplets plus agressifs. Ce procédé pourra d’ailleurs parfois s’avérer lassant, voire irritant, de part le timbre particulier de Koivunen. Loin d’être cependant mauvais, le chanteur possède une voix parfaitement reconnaissable, juvénile (et parfois à la limite déroutante d’une voix féminine rock), qui prend bien plus d’ampleur dans les montées aiguës, ou les ballades, que dans les couplets costauds débités dans plusieurs titres. En revanche, l’album ne se cantonne pas aux fortes tendances power et heavy qui teintent la plupart des titres. Le travail des guitares doté d’une technicité intéressante vaut le détour, empreint de groove et de touches bluesy et dont les soli sont suffisamment inspirés pour éveiller l’intérêt de l’auditeur.

Ce disque peine néanmoins à posséder une véritable unité, avec cette tendance à se disperser tout en appliquant souvent la même recette aux morceaux. Entre les vestiges d’une base nettement orientée death metal et les colorations actuelles et quelque peu clichées (à grand renforts de riffs de guitares harmonisées et de refrains que l’on chantonne sans même sans apercevoir), Amoral s’offre une toute nouvelle palette qu’ils explorent et exploitent tout au long de Show Your Colors. Loin d’être à l’image de sa pochette noire et blanche, les couleurs multiples ne manquent donc pas à cet album. A voir si en plus de leurs diversités, il en possède leur éclat.