Guru Guru - Känguru

19/03/2009

Par Jean-Daniel Kleisl

Label: Revisited Records

Site:

« T’en veux ? ». « Immer Lustig », Progressia, par l’entremise de Revisited Records, vous en donne en abondance, et de la bonne ! Formé dans le courant de l’année 1968, Guru Guru est un des plus émérites représentants du Krautrock germanique, canal feuille de chanvre, qui a sévi tout au long des années soixante-dix. Moins connu que Faust, Can ou Amon Düül II, le groupe du batteur Mani Neumeier est à l’origine de parutions fondamentales dans le style précité, à commencer par UFO (1970), le premier album entièrement improvisé et Känguru, l’objet de la chronique en question, enregistré en 1972. Dès ses débuts, Guru Guru est considéré comme le pendant germanique de Cream, à savoir un power trio rock basé sur l’improvisation. A la différence des célèbres Britanniques, Guru Guru improvise constamment, y compris dans ses albums studio. Un sandwich sans pain en somme.

Outre le foisonnement rythmique développé par Mani Neumeier, Guru Guru permet à son guitariste, Ax Genrich, de faire feu de tout bois avec sa Stratocaster. Avec son jeu proche de Jimi Hendrix, dont il ne cache aucunement l’influence, il développe un langage écorché, vif, psychédélique, inventif, à la fois flamboyant et bordélique (« Oxymoron »). Le très foutraque « Immer Lustig », avec sa bien sympathique introduction en blues bavarois version boc de bière, reste le morceau le moins intéressant le l’album, de par ses différents collages de parties n’ayant que peu de rapports les unes avec les autres. En revanche, les deux morceaux finaux forment la quintessence artistique dans la carrière de Guru Guru, reprenant les travaux les plus psychédéliques de Hendrix à la sauce germanique, les agrémentant de reverb, de cris bestiaux et de soli hallucinogènes.

Il semblerait qu’il y ait actuellement une recrudescence de jam bands tels que Øresund Space Collective et consorts. A oublier pour se concentrer sur les solides fondamentaux. Känguru est considéré – nous ne sommes pas loin de partager cette appréciation – comme l’un des plus grands albums de ce Krautrock psychédélique qui a foisonné en Allemagne il y a trente-cinq ans. Ajoutez à cela une des pochettes les plus génialement débiles de l’histoire du rock, une réédition au son exceptionnel pour n’obtenir qu’un seul résultat : un must ! Et pour les plus curieux qui désireraient absolument retrouver ces ambiances psychés avec un groupe bien actuel, on ne citera qu’un nom : Dungen. Chut ! On ne vous a rien dit !