Dol Theeta - The Universe Expands

26/02/2009

Par Jean-Philippe Haas

Label: Electronic Art Metal

Site:

Davantage d’électro, moins de metal, ainsi pourrait-on résumer Dol Theeta, avatar de Dol Ammad enfanté par le claviériste grec Thanasis Lightbridge. Le mini album Goddess, sorti il y a quelques mois, proposait déjà un avant-goût de ce nouveau projet : un metal à chant féminin dominé par les machines. Pour réaliser The Universe Expands, Lightbridge est cette fois-ci resté modeste, question de budget sans doute, ce nouveau « groupe » se réduisant à un trio. Le rôle de la vocaliste revient à Kortessa Tsifodimou, transfuge des chœurs classiques de Dol Ammad tout comme le dénommé Dim, qui conserve son poste de guitariste. Il ne faut pas voir en Dol Theeta un quelconque clone de Nightwish ou d’After Forever car la démarche se veut plus atmosphérique. Point de heavy metal symphonique aux hymnes glorieux, plutôt des titres éthérés, spatiaux, soutenus par une rythmique métallique, qui parfois s’emballent pour rappeler qu’on ne plaisante pas ! Une telle entreprise avait toutes les chances de donner lieu à un album répétitif et ennuyeux dans une débauche de sons datés. Dans l’ensemble, heureusement, l’album échappe à ces défauts. S’il reste quelques longueurs et autres sonorités au goût discutable (les cloches sur « Something Called Tomorrow » et quelques passages épars, sur « Nighttime » et « Every Goodbye » notamment), l’ensemble se constitue d’une variété suffisante pour tenir en haleine. A cheval entre deux genres, la production bénéficie d’un bon équilibre, bien qu’il ne faille pas s’attendre à des murs de guitares ou à des rouleaux compresseurs rythmiques. Thanasis réussit son pari et c’est là l’essentiel : faire évoluer la recette Dol Ammad dans un format plus compact, et peut-être plus séduisant sur la durée.