Brian Malone - The Mechanical Voices

21/02/2009

Par Jérôme Walczak

Label: Autoproduction

Site:

Voilà un parfait jeune inconnu qui débarque de Dublin avec ce disque autoproduit, entièrement instrumental hormis quelques chœurs artificiels. Multi-instrumentiste, Brian Malone a donc tout conçu, enregistré, samplé, mixé dans son propre studio. Un musée idéal de facteur Cheval dans lequel il fait bon de se promener. Ces dix morceaux semblent refléter différentes facettes des tourments, des apaisements et des questionnements musicaux de l’artiste : le Moyen-Age («  Spiritus Domini  »), la mélopée sicilienne («  Scaramuzzi  »), l’accordéon Amélie Poulinesque («  Welcome to Nancy  »). Autant d’ambiance qui font immédiatement mouche ! L’Irlandais possède le tact, la délicatesse et le talent de propulser son auditeur dans des contrées amicales, sereines, douces, où rien ne peut venir l’ébranler. L’ensemble de l’œuvre suggère un Yann Tiersen qui se serait acoquiné avec Sigur Rós et Ennio Morricone. Ce travail est un exercice solitaire, peut-être trop solitaire, car, s’il démontre une indéniable maîtrise dans la forme, le fond mériterait néanmoins davantage de travail, car les mélodies sont attachantes, mais il leur manque encore de relief. S’il parvient notamment à faire de ce handicap un avantage certain en développant des ambiances typées avec une démultiplication d’atmosphères, de références, de lieux, voire de cultures, l’ensemble confère ainsi finalement une remarquable homogénéité qui demeure latente, prégnante, et c’est cette griffe qui tout en douceur et en étrangeté rend l’œuvre si hypnotique. Entre post-rock tout en douceur au soupçon de musique gothique, cet album baigne dans un creuset optimiste et serein. Une jolie découverte.