Jarrett-Peacock-DeJohnette - Yesterdays

11/02/2009

Par Jean-Daniel Kleisl

Label: ECM

Site:

Keith Jarrett, Gary Peacock et Jack DeJohnette forment en quelque sorte la dream team du jazz. Peacock et Jarrett se connaissent depuis le début des années soixante, jouant entre autres avec Miles Davis. Suite au vingt-cinquième anniversaire du trio en 2008, le label ECM a décidé de la sortie de Yesterdays, enregistré en 2001 au Metropolitan Festival Hall de Tokyo. Soit dit en passant, il s’agit déjà du quatrième album live sorti par le label pour cette intense tournée 2001, après The Out-of-Towner, Always Let Me Go et My Foolish Heart.

Yesterdays, comme son nom l’indique, incarne un appel (rappel ?) au passé. En s’attaquant à toute une série de standards du be-bop, la bande à Jarrett se détend tout en distrayant son public de manière ludique. Keith ne déclarait-il pas dans un entretien récent : « les musiciens de jazz ne sont pas condamnés à sans cesse briser portes et fenêtres en quête de nouveaux territoires : la musique peut très bien se trouver déjà dans la pièce… »

Soit, cette option est tout à fait défendable et le trio revisite avec brio certaines œuvres de Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Harold Arlen et consorts, sans toutefois faire oublier les originaux. Soutenu par une section rythmique qui évolue avec toute la finesse qu’on lui connaît, Jarrett exacerbe la musicalité de pièces hautes en couleur. Notre préférence va plutôt en direction des morceaux aux tempi lents, où la configuration batterie – double basse – piano fait merveille (« Yesterdays », « Smoke Gets in Your Eyes »). Signalons enfin cette superbe interprétation de « Stella by Starlight », jouée en répétition et non lors du concert.

Néanmoins, l’impression subsiste que le trio, aussi talentueux soit-il, en a gardé sous le pied et est resté très laid back, si tant est que cette expression puisse être appliquée en jazz. L’album permet à l’auditeur de passer un très bon moment de détente, mais il n’en sera point transcendé. Il est parfois bon d’aérer une pièce sans forcément devoir en briser la vitre.