Direction - Est

10/02/2009

Par Christophe Gigon

Label: Unicorn Digital

Site:

Toujours chez la maison de disques québécoise Unicorn Digital, c’est au tour du groupe Direction de construire son chemin dans les méandres du rock progressif contemporain. Loin d’être des débutants, les trois musiciens de cette formation, menée par le guitariste, claviériste, producteur et principal compositeur Marco Paradis, peuvent déjà se targuer de quatre albums au compteur depuis 2002. Le rock progressif proposé par nos amis de la Belle Province n’est en rien novateur ni même original. Genesis, une fois de plus, se pose comme la référence incontournable. Certains passages du premier morceau (« Mémoire privée »), par exemple, constituent des citations littérales de « Watcher of the Skies ». D’autres titres de cet album contiennent également des arrangements qui semblent extraits de l’abondante discographie de leurs aïeux (le cinquième titre, « Naufragé » plagie de manière éhontée « Deep in the Motherlode » de l’album And Then They Were Three. Un très gros point négatif il faut bien en convenir. Un autre serait alloué à la qualité pour le moins discutable des textes (écrits et chantés dans la langue de Michel Tremblay), d’une naïveté confondante. Un autre encore pour souligner le parti pris d’offrir une production très « variété française » dans sa volonté d’accessibilité sonore. Pour couronner le tout, la voix du bassiste-chanteur, à la limite de la justesse, n’aide en rien à rehausser le niveau général de cet album qui, définitivement, ne risque pas de se profiler comme un incontournable. Bien que le niveau instrumental soit élevé et que la production soit d’honnête facture, on en retire pas moins la grande difficulté d’écoute d’un album si inégal. Dommage, surtout lorsqu’on voit l’incroyable richesse de la production pléthorique actuelle de notre style de prédilection qui charrie tant d’excellents disques.