Il Bacio della Medusa - Discesa agl'Inferi d'un Giovane Amante

03/02/2009

Par Jean-Philippe Haas

Label: Black Widow

Site:

Il Bacio della Medusa, Discesa agl’Inferi d’un Giovane Amante : nul besoin d’être un encyclopédiste du prog’pour deviner à quoi il faut s’attendre ! Un groupe de progressif classique italien comme il en existe par douzaines. Lyrisme, thème gothique, violon, flûte, symphonisme, passages baroques… les premières minutes du disque viennent confirmer le pronostic. Et pourtant, il suffit d’un peu de patience (ou d’avoir écouté leur premier album éponyme de 2004) pour se rendre compte qu’Il Bacio della Medusa ne développe pas une musique aussi paisible qu’elle en a l’air. Dès l’entame de « La bestia ed il Delirio », on constate que les Italiens savent durcir le ton, au point parfois de ressembler davantage à un groupe de hard rock progressif à la Deep Purple (« Ricordi del Supplizio », « Nostalgia pentimento e Rabbia ») qu’à ces formations symphoniques italiennes à l’excessive pudeur. Riffs heavy, Hammond déchaîné, solos énervés, chant rugueux, autant d’éléments qui viennent apporter un appréciable contrepoids aux titres plus aériens, glorifiés par l’utilisation d’une pléthore d’instruments tels le vibraphone, le saxophone, ainsi que diverses flûtes et cordes. Une grandiloquence excessive, malheureusement de mise dans le style pratiqué, et un violon ou des chœurs quelquefois pleurnichards ternissent un peu cet album dont la richesse instrumentale est la grande force. A recommander toutefois à celles et ceux que le mélange entre préciosité et hard rock des années soixante-dix n’effraie pas.