Joëlle Léandre & Akosh S. - KOR

23/01/2009

Par Mathieu Carré

Label: Leo Records / Orkhestra

Site:

Joëlle Léandre dynamite à elle seule nombre de stéréotypes sur les femmes et le jazz. Ne se contentant pas de jouer de la contrebasse que l’on imagine presque intuitivement trop grande ou trop grave pour la gent féminine, elle s’attaque de surcroît à la musique par la face nord de l’improvisation et des luttes incendiaires que cette dernière engendre. A ses côtés on retrouve Akosh Szelevenyi, improbable souffleur des rues hongrois qui hurle son exil avec rage depuis plusieurs années, repéré en son temps par Bertrand Cantat. Les deux musiciens avaient déjà joué les équilibristes sur Gyor en 2003, et donnent l’impression de se connaître presque intimement. Le saxophoniste prend souvent les devants, décide de l’humeur du morceau, plaintif et abstrait (« Part 2 ») ou presque charnel (l’oriental « Part 3 »). L’ambiance peut se transformer en un instant, mais Joëlle Léandre soutient toujours son acolyte avec une étonnante justesse. En usant souvent de l’archet pour accompagner les passages les plus introspectifs, elle offre un cadre généreux et presque rassurant aux élucubrations d’Akosh S. Et parfois, tout casse, l’épouse fidèle et protectrice tombe dans le jeu des provocations sans fins de son mari, la vaisselle vole, les insultes pleuvent. Mais dans cette violence musicale, il reste une étonnante complicité, comme un vieux couple qui se déchire avec régularité. Tout en sachant qu’ils sauront se réconcilier, Akosh S. et Joëlle Léandre crient, jouent et trouvent en eux, à travers ce duel instable et indécis, une magnifique cohésion.