Presence - Evil Rose

13/01/2009

Par Jean-Philippe Haas

Label: Black Widow

Site:

Malgré une discographie déjà bien fournie, la notoriété de Presence est à peu près aussi étendue que celle de son label génois, Black Widow, dont le catalogue dépasse pourtant déjà largement la centaine de titres. Ce trio napolitain chant/guitares/claviers accompagné pour l’occasion d’un batteur, propose sur Evil Rose un metal symphonique vaguement gothique, grandiloquent, aux tempos assez lents dans l’ensemble, parcouru de nappes de claviers de plus ou moins bon goût. Les compositions se veulent originales, mais sont truffées de longueurs inutiles qui éclipsent les rares moments réellement intéressants. Prévisibles, sans personnalité, y compris dans les thèmes traités, elles frisent même assez régulièrement le cliché. Quant à la voix parfois suraiguë de Sophya Baccini, si elle ne souffre d’aucune imperfection notoire, excepté un accent fort prononcé, elle a bien du mal à s’intégrer dans un genre qui ne lui sied pas vraiment. Sans le coffre et l’énergie rock de certaines chanteuses de metal, on imagine plutôt madame chanter dans une émission de variété italienne. Côté production, un son de batterie à la Images and Words et des claviers typés nineties achèvent d’accentuer l’anachronisme artistique d’Evil Rose. On comprend mieux pourquoi Presence demeure après une carrière déjà bien longue dans l’anonymat le plus complet.