Tilion - A.M.I.G.D.A.L.A.

16/12/2008

Par Christophe Gigon

Label: Musea

Site:

A défaut d’amygdales, voilà bien un disque qui « fout les boules » pour parler vulgairement. Si Nicolas Ungemuth, célèbre journaliste de Rock’n Folk, voulait vraiment démontrer à son lectorat (habitué aux remarques cyniques sur notre style de prédilection) que le rock progressif est un genre poussiéreux, maniéré, cuistre et définitivement ennuyeux, il pourrait sans autre glisser un ou deux titres d’ A.M.I.G.D.A.L.A. de Tilion dans le sampler du mois de décembre du magazine musical auquel il prête sa plume. A défaut de faire décoller les ventes de cet excellent mensuel, ce disque fera au moins rire dans les chaumières. En effet, cette formation italienne articulée autour du claviériste Alfio Costa est consternante. Pourtant, il s’agit déjà du troisième album pour notre formation transalpine qui a décidé, cette fois-ci, de proposer un chant dans la langue de Shakespeare, ce qui ne change malheureusement rien à l’affaire. L’ensemble est ringard et cause assurément plus de dépit que de satisfaction. Tout est rébarbatif dans ce produit qui sent le renfermé : des lignes de chant irritantes, des sons tellement vintage que l’on en vient à se demander si les musiciens étaient déjà décédés au moment de l’enregistrement, et des compositions contenant tellement de tiroirs qu’il semble impossible à jamais de les refermer. Cette velléité affichée de coller à une époque (les glorieuses seventies des Van der Graaf Generator, PFM, Banco et autres Yes) en devient malsaine. En fait, Tilion, déjà connu pour avoir participé aux fameux projets « rétroprogressifs » (régressifs ?) mandatés par Colossus, a oublié que, pour cette fois, il pouvait essayer de prétendre à une part d’originalité. Raté ! C’est copié/collé, plat et prodigieusement ennuyeux. C’est bien évidemment un album conceptuel (quelle originalité !) axé sur la problématique des peurs ancestrales de l’être humain. Tout un programme ! C’est vrai que ce disque fait peur ! A réserver aux « complétistes » fétichistes.