Rock the Net - Musicians for Network Neutrality

09/12/2008

Par Mathieu Carré

Label: Thirsty Ear / Orkhestra

Site:

En remontant le temps de quelques décennies, on rencontrait des artistes engagés pour les causes du monde : Georges Harrisson rameutait ses amis et Ravi Shankar pour le Bangladesh, Paul McCartney ressortait son « Let It Be » pour les victimes d’un bateau qui avait coulé trop vite, avec à ses côtés, des personnalités aussi brillantes que Bananarama et Paul Young. Côté Français, histoire d’éviter d’être à la ramasse, Renaud a combattu la faim en Ethiopie, Pascal Obispo a fait reculer le SIDA, et les Enfoirés nous écœurent chaque année le cerveau avec leur soupe (musicale) populaire. Chaque cause a son chantre, tant de personnes à sauver et si peu d’artistes le cœur sur la main pour venir les aider… Bref, la musique caritative dérange un peu : qui ose ne pas aimer passe pour un tortionnaire, et ceux qui l’achètent croulent sous les bons sentiments caricaturaux et des chansons souvent à l’avenant.

Avec Rock the net, les artistes découvrent une cause à défendre moins dégoulinante et prennent le micro pour sauver la belle indépendance d’Internet. Car dans le contexte de débandade généralisée, il semble bien que ces musiciens de tous horizons aient enfin décidé de faire un disque pour sauver une autre espèce menacée de disparition : la leur. Tous ces hommes et ces femmes au grand cœur de rockeurs ont donné un peu d’eux-mêmes pour cette cause assez insaisissable que représente la neutralité du grand tout universel qu’est devenue la toile. Issue de la collaboration de musiciens de la scène indépendante, cette compilation fait la part belle à un rock actuel plutôt agréable où notamment Nels Cline prouve au monde entier lors de l’enregistrement live inédit avec Wilco d’Impossible Germany tout son talent de guitariste. A ses côtés : Palomar, Guster, l’original David Bazan mi-dépressif mi-électronique et les joyeux They Might Be Giants convainquent franchement.

Mais pour un label aussi aventureux que Thirty Ear qui essaie de faire découvrir au quotidien des artistes aussi passionnants que Tim Berne et David S. Ware, l’excellente compilation semble parfois un peu fade même si DJ Spooky, qui revisite l’Afrique, et surtout Free Form Funky Freqs qui clôturent l’album avec une stimulante toile rythmique et synthétique, ouvrent d’autres horizons auditifs. L’exercice de la concrétion n’est pas aisé, et toutes les bonnes intentions affichées n’effacent pas les limites de l’intérêt purement musical de l’objet. Evidemment peu cohérent par nature, Rock the Net : Musicians for Network Neutrality reste un témoignage courageux de musiciens qui ne renoncent pas à se battre pour leurs idées. Quand aux idées en elles-mêmes…