O! The Joy - Zen Mode

08/12/2008

Par Aleksandr Lézy

Label: Distile Records

Site:

Alors que leur premier album Zen Mode n’est pas encore sorti, le combo américain de Sacramento au nom positif O! The Joy fait déjà parler de lui. Les comparaisons sont élogieuses, pas forcément au goût des musiciens concernés, mais confirme pourtant l’impression que l’on peut avoir à l’écoute de cette première offrande.

Avec ce mélange subtil de math rock, post-rock, rock progressif et un soupçon de punk dans le son des guitares, la formation présente des morceaux originaux, alliant mélodies douces et sautillantes jouées avec l’intelligence d’une écriture complexe pourtant mémorisable et qui ne déstabilise pas. Rappelant parfois Yes, The Fall of Troy sans pourtant les assimiler au même style, voire même Portugal The Man , il ne faut cependant pas y voir comme un savant fourre-tout où les éléments seraient placés aléatoirement, sans réflexion. Les compositions proviennent de séances d’improvisation, c’est un fait. Cependant, la formule est réellement bien organisée pour procurer cet équilibre entre chansons complexes dotées de structures classiques et expérimentations sonores envoûtantes et tourbillonnantes.

Si la musique de O! The Joy plaît, ce n’est pas seulement une question de genre. Elle aurait pu rester instrumentale sans choquer et se serait alors rapprochée d’un Don Caballero, dernière période ry en moins cyclique. Cependant, sur ces dix titres homogènes se pose la voix d’un chanteur au timbre frais dans un style emo rock. Kurt Travis s’affirme comme étant le petit supplément d’âme qui rend l’ensemble encore plus pétillant. La production est d’une qualité mitigée. Les textures de guitare confèrent un son général correct mais plutôt décevant. Choix délibéré ou mauvaise manipulation au moment du mastering, la question reste en suspens …

Zen Mode s’avère être un bon album aux aspects stylistiques divers. Energie, mélodies émotives et complexités rock sont les nouveaux produits d’une culture moderne en plein essor et le résultat s’avère convaincant ! Pourtant, à l’heure où l’album sort à peine, le groupe n’existe déjà plus. O! The Joy se démembre et se réorganise en Jeepster. Etonnant retournement de situation qui donne au final un goût d’inachevé à cet album qui n’aura nulle suite.