Singer - Unhistories

27/11/2008

Par Djul

Label: Drag City, Inc.

Site:

Voici un disque qui provoquera [cochez la case adéquate] (a) un rejet quasi-immédiat (b) une curiosité grandissante aboutissant à une adhésion pleine et entière ou encore (c) une indécision à la mesure de la formule presque incompréhensible employée tout au long de ses sept morceaux.

Nous, on botte en touche et on choisit la réponse (c). Composé d’une moitié d’ex-U.S. Maple et d’un quart de Town and Country et de 90 Day Men, groupes américains dont les deux derniers sont inconnus de nos services, Singer s’emploie à brouiller les pistes, à l’image de ce chant à trois voix, distinctes ou en chœurs (d’où son nom). Batterie dilettante et guitares en mode free, le quatuor revisite le psychédélisme dans un contexte « rock indépendant », comme une forme de Captain Beefheart moderne.

Le groupe est donc en roue libre, le long de structures en montagnes russes parsemées d’improvisations et de tâtonnements. Les musiciens se cherchent, se trouvent parfois mais pas toujours et tentent de dialoguer avec leurs instruments ou leurs voix. Une manière de procéder à la Frank Zappa ou à la Robert Wyatt, où la prise de risque n’est pas toujours maîtrisée ou récompensée. Cette approche débouche parfois sur des réussites (le folk étrange de « Divining », très proche de Faun Fables) ou une succession fatigante d’idées sans réelle cohérence (« Please, Tell the Justices We’re Fine » et sa rythmique stressante relevées de larsens et crescendos désaccordés).

Le seul morceau se tenant à une ligne directrice se trouve à la toute fin (beaucoup auront décroché avant) : « Mauvais sang » est un blues malade comme Sleepytime Gorilla Museum aurait pu en composer, une longue plainte qui se développe en neuf minutes sur lesquelles le groupe donne enfin l’impression d’en être un.

Autant dire que s’il y a bien une formation qui ne recueillera pas l’unanimité des suffrages, c’est bien Singer. La question qui se pose pour l’auditeur est pourtant simple : pourrez-vous vous mettre dans l’état d’esprit aventureux du groupe et les suivre dans leurs pérégrinations ? Cochez votre case… il en manque en tout cas plusieurs à Singer.