Sleepingdog - Polar Life

19/11/2008

Par Djul

Label: Gizeh Records

Site:

Même si Progressia essaie parfois de s’enorgueillir de talents francophones, venus de France ou de Suisse, peu de formations belges figurent dans nos pages. Un esprit bien informé mais mal intentionné en conclurait que nous ne sommes que des jaloux, vu le nombre d’excellentes formations abritées par le pays du roi Albert II (pêle-mêle et sans aucun rapport les uns avec les autres : Deus, Univers Zero ou encore les moins connus Attica).

Il n’y a pourtant là aucune volonté d’occulter la culture rock pour le moins marquée du Royaume, et Sleepingdog, prête-nom de la chanteuse Chantal Acda, est une occasion supplémentaire de le prouver. Enfin, lorsque l’on parle de rock, il faudrait mieux y ajouter le terme « atmosphérique » ou encore celui, plus tendance, de « post ». Car le disque est pour le moins éthéré : quasi-absence de rythmique ou d’autres instruments qu’un piano, une guitare acoustique et quelques nappes de claviers (aux sonorités flirtant souvent avec le mellotron). Sans compter bien sûr la superbe voix, légèrement voilée d’Acda.

Malgré cette instrumentation pour le moins famélique, Polar Life atteint son but, celui de produire une musique nostalgique et qui s’écoute d’une traite pour mieux apprécier son univers cotonneux et automnale. Cette volonté d’épuration maximale fait que les mélodies se retiennent aisément (« Prophets » ou « Polar Life »). Quant aux climats, ils sont souvent bien sombres, à l’image de « The Sun Sinks in the Sea », qui vous donnera envie de sortir pour donner quelques coups rageurs dans les feuilles mortes et humides qui s’amoncellent dans les rues. On pourra regretter que quelques titres lorgnent plus vers un folk beaucoup moins singulier (« When It Lies »).

Gizeh Records, qui avait déjà eu le nez creux en signant l’une des surprises d’il y a deux ans, les prometteurs Immune, et une autre dont on attend toujours le premier essai, Her Name is Calla, continue à dénicher des perles rares. Si celle-ci est très fine, elle a pourtant un peu de mal à sortir du panier, faute d’une personnalité pas encore assez affirmée.