Elvenking - Two Tragedy Poets

15/11/2008

Par Christophe Gigon

Label: AFM Records

Site:

En avant preux chevaliers des Terres du Milieu, haumes étincelants et lances érigées, vous voilà prêts à assaillir la galette de cette formation transalpine déjà auteur de cinq albums. Elvenking est fier de vous présenter sa nouvelle production qu’il qualifie lui-même de folk metal acoustique. Vous avez compris, vils manants, il ne s’agit pas de power metal des familles, ni même de musique folklorique et encore moins de rock progressif. Two Tragedy Poets (…and a Caravan of Weird Figures) est un recueil d’une bonne douzaine de titres, tous coulés dans le même bronze et tous créés pour donner du cœur à l’ouvrage lors des potentiels futurs assauts que vous ne pourrez plus indéfiniment reporter. Plaisanterie mise à part, on peut se demander quel triste sire s’intéresse encore à ce style de musique moyenâgeuse et rétrograde à souhait. Pas assez agressif pour l’amateur de metal, pas authentiquement folklorique pour le connaisseur, nullement progressif pour nos lecteurs. On serait tenté de taxer de mauvais goût cette production bâtarde sans relief ni saveur. Certes, ça joue bien, les arrangements sont somptueux, bien que recyclés d’un morceau à l’autre, et le chanteur pose sa voix avec une assurance certaine. Mais la symbolique de l’album (Aaarggghhh, encore Tolkien, le graphisme vu, revu et rabattu, et les compositions de série produites au mètre ne font pas de cet album un must have pour le mélomane. Cerise sucrée sur le gâteau – indigeste –, l’horrible reprise de la peu fréquentable Belinda Carlisle, « Heaven is a Place on Earth », célèbre scie des honnies eighties. Stop ! N’en rajoutons pas et ne tirons pas davantage sur la carriole sanitaire. Ce groupe, sombre vassal de formations épiques plus renommées, ne mérite pas qu’on le sorte des ténèbres dans lesquelles il mérite de croupir.