Les Mémoires de l'Oeil - & aut. parallèles &antécédents

15/11/2008

Par Jean-Daniel Kleisl

Label: Les Potagers Natures

Site:

Nicolas Gardrat est l’âme des Mémoires de l’Oeil. Avec sa guitare acoustique, il a su développer un style tout à fait intriguant dont & autres parallèles et antécédents forme le premier jalon. Bien que paru il y a quelques semaines seulement, l’album a été enregistré en trois jours au mois de juillet 2007 et représente donc plus un état des lieux d’une démarche en développement qu’un aboutissement. On en veut pour preuve que la violoniste Flavie Moury n’apparaît que sur quatre des onze morceaux seulement alors que depuis l’automne 2007, les Mémoires de l’Oeil se présentaient comme un duo, dont l’interaction allait croissant suite aux nombreux concerts donnés, jusqu’à sa séparation malheureuse cet été.

La série des six « Les Mémoires de l’Oeil » occupe les deux tiers du disque et structure celui-ci. On retiendra particulièrement les deux épiques « II » et surtout « III », dont le violon enchanteur de Flavie Moury construit une contrepartie élégiaque à l’intensité du jeu de Nicolas Gardrat. La musique des Mémoires de l’Oeil évoque tour à tour le klezmer, des musiques traditionnelles hispaniques, les musiques expérimentales à la Secret Chief 3, dont le duo reprend le furibard « Adept Chamber of the Magian Tavern », ou Sleepytime Gorilla Museum. Nicolas Gardrat joue avec l’eau et le feu, alternant les passages d’un calme sournois avec des parties plus musclées, et obtient une sonorité tout à fait originale avec son style de jeu au médiator. Néanmoins, la présence du violon permet une variété de tons et de couleurs indéniable et, justement, sa trop forte absence amoindrit quelque peu le plaisir de l’écoute. En d’autres termes, l’album aurait dû être enregistré ce printemps plutôt qu’il y a une année et demie. Evidemment, il est toujours si facile de réécrire l’histoire.

Qu’à cela ne tienne ! L’auditeur tient en ses mains un premier album d’une grande originalité de style et de composition, sans parler de la superbe pochette cartonnée qui fait office d’écrin savamment plié. Finalement, des jeunes artistes qui arrivent à un tel résultat avec une seule guitare acoustique, on n’en connaît que fort peu. Et l’on attend avec impatience la suite des aventures de Nicolas Gardrat… en compagnie d’autres musiciens ?