Stellardrive - Omega {ers1 + ers2} point

10/11/2008

Par Jérôme Walczak

Label: DVS Records

Site:

Ces cinq francs-comtois distillent, depuis 2005, avec un talent évident, un post rock honorable et riche. La présence massive des guitares confère à ce disque une petite puissance fort séduisante, et la basse réussit même à emporter les douces oreilles de l’auditeur dans de délicieuses constellations autrefois explorées par Robert Smith et Cure (« Everyone Can See Through the Window »). Bien évidemment, cet album reste l’album d’un genre : une musique douce, vaporeuse, éthérée (la liste des adjectifs est longue et séduisante) et très honnêtement, il n’en faut guère plus pour illuminer joyeusement nos mornes soirées d’automne. La carte choisie, sans doute judicieuse, est le registre instrumental, avec quelques petites voix électroniques façon Pink Floyd. La musique de Stellardrive fait indéniablement mouche, elle touche au creux des âmes, emplit l’esprit d’émotions, et fait sereinement voyager dans des régions accessibles, ce qui est un avantage on ne peut plus satisfaisant par ces temps d’ébaudissements inconsidérés sur les groupes les plus torturés et expérimentaux qui soient. Des influences variées peuplent ce disque calme et riche : Sigur Rόs, cela ne fait guère de doute, Cure aussi, c’est évident, pour toutes ces plages intenses, sombres mais parfois plus enfantines où la basse et de puissantes guitares font honorablement valoir leur présence. Les mélodies vivent et évoluent savamment, elles sont variées et consacrent ce petit joyau homogène et structuré. Cela avait déjà été souligné lors de la sortie du dernier album de Sigur Rόs, et voici maintenant une confirmation : le rock progressif sait évoluer, les sons sont certes plus doux, plus hypnotiques, mais ce pan entier de la musique appelle à une indéniable curiosité, qu’il serait regrettable de passer sous silence. Stellardrive mérite qu’on s’y attarde, et c’est avec ce genre de disque qu’on se surprend à se réconcilier avec la musique. Ecoutez votre cœur, vos émotions, vos envies d’enfance et de liberté, et précipitez-vous sur eux, ils le méritent !