Martone - Clean

07/11/2008

Par Jean-Philippe Haas

Label: Magna Carta

Site:

Le guitar-hero, plus communément appelé shredder ou encore « chauffeur de manche » constitue une espèce très répandue sous nos latitudes tempérées. Son mode d’expression est fort peu modulé et sa parade reste en général surjouée et prévisible, y compris hors de la période de reproduction. Dave Martone, représentant canadien de ce sous-ordre des six-cordistes, constitue une mutation intéressante de l’espèce. Depuis quelques années, sur un rythme régulier, le virtuose produit des disques de grande qualité plutôt éloignés des clichés du genre dans lequel il a choisi d’évoluer. La qualité de son travail a fini par être repérée par le label Magna Carta qui signe aujourd’hui son cinquième effort. D’emblée il convient de préciser qu’il ne s’agit pas là d’un album voué à la forfanterie. Clean se démarque comme ses prédécesseurs par l’extrême variété de ses compositions : blues, rythmes latino, hard FM, trips atmosphériques, metal progressif, Martone aborde de nombreux styles, avec bonheur la plupart du temps, ce qui ne l’empêche pas d’affirmer sa dextérité lorsque l’occasion se présente, en compagnie d’invités prestigieux comme Joe Satriani, Greg Howe, Billy Sheehan ou encore Daniel Adair. Les tics du guitariste virtuose n’ont certes pas complètement disparu (« Dinky Pinky », « Nail Grinder », « Moron Face »), mais la mélodie reste toujours au centre de la composition. Chacun trouvera ainsi son compte sur un disque qui peut s’écouter d’une seule traite… chose assez rare dans le genre pour être soulignée ! Et si les pochettes n’ont jamais été le point fort des albums de Dave Martone (celle de Clean le confirme encore une fois), son œuvre toujours plus riche, toujours plus personnelle au fil des ans devrait convaincre sans peine un grand nombre d’amateurs de guitare, et pas seulement ceux de la frange métallique.