Transmission - Sublimity

27/10/2008

Par Guillaume Beauvois

Label: Malicious Damage

Site: www.myspace.com/transmissionofficial

Ce rassemblement de grands musiciens pourrait symboliser l’archétype du groupe composite. Et s’ils sont issus de formations aux nombreux points communs, l’enrichissement mutuel est ici avéré. Youth et Simon Tong, connus pour avoir officié chez The Verve, décident en 2005 de créer une formation plus orientée vers le post-rock à base de nappes de guitares électriques. Tim Bran les rejoint peu de temps après et ajoute ambiances métalliques et passages au piano. Après avoir écouté les démos, Paul Ferguson, batteur des Killing Jokes, ne tarda pas à s’associer à l’équipée sombre et éthérée. Attention toutefois car un tel rassemblement ne serait être forcément synonyme de réussite. Transmission assoit sa musique sur de longues volutes de guitares qui s’entrelacent, se répondent et s’accouplent avec des claviers tantôt psychédéliques, tantôt épiques, au sein d’une osmose finement ciselée par les quatre Anglais. Parfois, une voix surgit des flux harmoniques, comme absorbée, transformée et éclatée par les remous des instruments. Les neuf morceaux s’assemblent et se répondent dans un grand ensemble homogène. Une telle maîtrise de l’écriture a déjà fait ces preuves chez Mogwai par exemple, mais Transmission arrive cependant à apporter une fraîcheur pop, de la nouveauté sans sombrer dans les clichés des constructions trop évidentes. Les influences sont également puisées dans des puits d’inspiration inattendus, entre David Bowie, The Pixies, Midnight Oil (« Albion ») ou les musiques rythmiques tribales (« Triple Threat »). Autant d’éléments qui échappent au temps et viennent caresser comme une légère brise la joue de l’auditeur bercé par ce disque « sublimement » réalisé.