Arashk - Ustuqus-al-Uss

13/10/2008

Par Jean-Philippe Haas

Label: Autoproduction

Site:

Un genre musical dont les origines sont exclusivement anglo-saxonnes trouve aujourd’hui un représentant à Téhéran, rien que ça ! Avec Ustuqus-al-Uss, Arashk en est à sa troisième tentative de conquête des terres progressives. On trouve aux commandes de ce projet incongru le multi-instrumentiste Salim Ghazi Saeedi. Excepté quelques percussions, un solo de guitare et deux titres coécrits, sa mainmise est quasi absolue sur ce disque. Cela ne nuit heureusement guère à la qualité de compositions qui explorent diverses facettes du prog’ instrumental et font de Ustuqus-al-Uss un album plutôt varié, raisonnablement complexe, qui affirme assez souvent des penchants pour le hard rock. Les guitares saturées occupent en effet une fonction assez prédominante en dépit d’une production qui ne leur rend absolument pas honneur. Le reste de l’espace sonore est occupé par une boite à rythme et une profusion de claviers en tous genres dont l’utilisation n’est pas toujours très judicieuse : les simulacres de violons et assimilés rappellent douloureusement les limites de l’électronique… Les mélodies orientales, bien que triturées pour l’occasion sont bien présentes et rappellent sans ambigüité les origines de Arashk. Ce mélange atypique procure au disque une touche d’originalité indéniable, malgré les sonorités très synthétiques et une réalisation amateur. La faute à un manque de moyens, peut-être, ou à une absence de professionnalisme dans la musique rock iranienne, plus probablement ! Crédité d’un vrai batteur et d’un chanteur/ guitariste/ bassiste, le nouvel album, Yell, largement allégé en claviers par ailleurs, semble s’engager dans une voie plus directe, plus brute. A l’instar des relations de l’Iran avec l’Occident, on suivra cette évolution avec le plus grand intérêt.