Maqama - Maqama

06/10/2008

Par Dan Tordjman

Label: Autoproduction

Site:

Derrière ce nom intriguant se cache une formation articulée en premier lieu autour d’Ido Lewit à la basse et de sa sœur Noa au piano et au chant, puis du batteur David Baruch et du guitariste Udi Glaser. Originaire d’Israël, le groupe a la bonne idée de puiser ses influences dans différents genres musicaux, qui à la surprise générale se marient agréablement, du jazz fusion au rock progressif en passant par la musique israélienne des années 70. Ceci explique probablement la production typée « seventies » bien vintage qui en ravira sans doute certains.

Si le piano de Noa, compositeur principal du groupe, fait office de fil rouge, ses campagnons n’en restent pas moins cantonnés aux rôles de seconds couteaux. La qualité des arrangements proposés laisse entrevoir un talent indéniable (« Nim’as Li Kvar » et « Idiotim Kulam »). La voix de Noa, dans la lignée des voix israéliennes comme Zehava Benpeut, peut néanmoins insupporter sur la longueur, bien qu’à la différence de la Céline Dion israélienne, son style est résolument moins larmoyant.

Maqama possède également un sacré sens de l’humour, notamment sur « Kfitsa La’maim » sur lequel on pense à un film de Tim Burton dont la bande originale serait composée par Danny Elfman accompagné de… Frank Zappa ! Question folie, citons également Genesis et Yes pour les éléments plus rock. « Ma Kama ? », véritable feu-follet génial parvient à peine en plus de trois minutes à synthétiser toutes les influences, sans pour autant partir dans tous les sens et tomber dans la surenchère technique.

Maqama reste concis et sans fioritures digressives ; pensez que la durée du titre le plus long titre n’excède pas les huit minutes ! Désormais, avec Solstice Coil et Tresspass et Maqama, nul doute que la musique progressive israélienne a de beaux jours devant elle.