Aphelion - Franticode

06/10/2008

Par Christophe Gigon

Label: Lizard Records

Site:

Amis avides de musique soûlante au kilomètre, ruez-vous derechef sur cette production en provenance directe de la Cité des Doges. Venise, fleuron de la culture en Italie du Nord, se trouve être également le berceau de ce groupe de metal progressif instrumental mâtiné de fusion de haute volée. Et attention mesdames, l’objet chroniqué a été produit par Derek Sherinian (ex-Dream Theater, Alice Cooper Band et bien d’autres), seulement, est-cesuffisant pour créer, ipso facto, un bel et bon album ? Pas vraiment, car qui s’intéresse à la production pléthorique du claviériste hyperactif (Planet X et en solo) sait à quoi s’en tenir : une musique à haute plus-value technique et à la charge émotionnelle proche du néant. A côté des travaux cités, même le Dream Theater d’aujourd’hui semble sur la retenue. Bref, Franticode est un album maîtrisé de bout en bout, bénéficiant d’un son irréprochable et d’une production tout à fait adéquate. Chaque instrument parvient à se tailler la part du lion. Une orgie instrumentale et technique à laquelle est convié l’auditeur amateur de tant de déploiement musical. Un disque abouti et professionnel, qui reste malheureusement hermétique et en devient très vite crispant. Après l’écoute de Franticode, on a l’impression que Steve Lukather joue comme Ry Cooder, c’est dire ! Un disque honorable, certes, mais ennuyeux à l’écoute. Aucune originalité, aucune émotion ne viennent habiter ce produit pourtant habilement manufacturé. Lassant et vide.