Tarentatec + Osis Krull - Candy Springtime Experience

30/09/2008

Par Christophe Manhès

Label: Discorporate Records

Site:

Est-il possible de faire d’un split album un projet qui dépasse l’aspect un peu cheap des vitrines de petit commerce ? Si dans le principe rien ne s’y oppose, dans la pratique, la réponse est moins évidente, et ce n’est pas ce The Candy Springtime Experience qui viendra changer la donne. Divisé en trois parties nettes dont seule la dernière (composée de séquelles studio) semble vouloir mélanger les compétences des uns et des autres, cette association discographique de deux formations d’origine allemande aura manqué l’occasion d’apporter quelque chose à l’océan impétueux des formations rock d’aujourd’hui. Si les deux groupes partagent quelque chose, c’est avant tout un défaut, ou plutôt un virus corrupteur qui a déjà atteint un bon nombre de groupes rock : le syndrome post-rock ! À l’heure des métissages musicaux décomplexés mélangeant les genres, comme de sales gosses jouant avec des panneaux signalétiques pour perturber l’ordre public, rien d’étonnant à ce qu’un peu de ces lancinantes ascensions électriques viennent s’inviter là où on ne les attend pas. Faut-il encore savoir digérer les influences. Or, ce qui surprend avec ce split, c’est le peu d’effort des Allemands pour créer une pâte homogène et débarrassée des ascendants trop évidents. Le rock efficace et vaguement noise de Tarentatec s’en trouve comme coupé dans son élan et celui d’Osis Krull, aux contours plus progressif, en est bizarrement perverti dans son originalité. Quand à la réunion Candy and Springtime, c’est un fourre-tout si l’on veut, un gros bazar plus sûrement. Difficile d’y voir clair sur le fond comme sur la forme. Alors que deux talents ne font déjà pas forcément une somme arithmétique, Tarentatec et Osis Krull ont eu la mauvaise idée de ne pas forcer le leur. Dommage parce que leurs premiers titres pouvaient laisser espérer le contraire.