Aura - A Different View from the Same Side

29/09/2008

Par Jérôme Walczak

Label: My Kingdom Music

Site:

L’étonnement est au rendez-vous avec ce nouvel album d’Aura, projet dont les origines remontent à 1996. Les Italiens livrent une composition scindée en deux parties à peu près équivalentes dans la durée mais distinctes dans la forme. La première est orientée vers un metal progressif classique, dont la parenté avec Dream Theater est évidente et revendiquée (« At Opened Eyes »). La seconde relève considérablement le niveau en multipliant les audaces tant sur les mélodies que sur les successions de rythmes. Plus atmosphérique, elle est essentiellement constituée de morceaux longs, virtuoses sans être démesurément techniques, dont le recours aux nappes de claviers de Francisco Di Verniere, comme les incursions dans le domaine du jazz, viennent sauver avec goût quelques titres qui, sans cela, seraient somme toute assez rébarbatifs. Le claviériste de génie enrobe l’œuvre, à mesure qu’elle progresse, de climats plus oniriques pour conclure par de vrais moments néo-progressifs (le très réussi « Rose Garden »). A titre d’exemple, « A Different View from the Same Side » est une exploration particulièrement bien construite de mondes plus doux et plus affables qui ne devraient pas manquer de satisfaire les amateurs de Genesis, de Yes (période Relayer) ou de Landmarq. Les bruits de la nature, les oiseaux qui gazouillent, les moments de souffles mélancoliques, où guitare et claviers se complètent avec unité, rêvelent un petit arrière goût désuet, bien que pour une fois, ces appels du pied dans les contrées de nos grands anciens ne paraissent pas se limiter à un vain exercice de style. Aura sait composer, l’oreille étant guidée d’un lieu à un autre sans heurt ni brutalité. Ce groupe sait donc construire une œuvre progressive, et il serait dommage de la négliger car, sans être forcément très originale, elle apporte satisfaction par les émotions qu’elle suscite.