Ultraphallus - The Clever

01/08/2008

Par Jean-Daniel Kleisl

Label: Autoproduction

Site:

Ultraphallus est un groupe de Liège formé en 2002. Auteur d’une démo et d’un premier album autoproduit en 2006, Lungville, le groupe présente cette année sa deuxième livraison, The Clever, trouvaille de génie pour un nom de groupe aussi sympathique. Ultraphallus est, semble-t-il, le surnom donné au père de Michael Jackson, Joe Jackson, qui a élevé ses enfants de la manière que l’on sait. Charmant, n’est-il pas ?

Les Liégeois proposent un diabolique mélange entre un post-hardcore très enlevé et du noise rock à la Melvins. C’est lourd, lent, poisseux et, finalement, fichtrement intéressant ! Sous un déluge de guitares dévastatrices et de vocaux inquiétants, le groupe sait habilement jouer des tensions qui rendent sa musique bien malsaine (« Womanizer », « Boulder Dash »). Naviguant entre morceaux courts encastrés les uns dans les autres à coup de riffs bien lourds (la suite « Where it Grows », « Where it Fails », « Clever Horse ») et des pièces plus longues et aventureuses, The Clever fait indéniablement mouche ! On pense même à un certain Oxbow sur certains passages (« Clever Worm »). L’album se termine par une longue progression noisy à souhait, asphyxiant l’auditeur par l’emprise qu’elle impose. L’album bénéficie d’une (auto)production de bonne qualité bien que la grosse caisse ait tendance à sonner comme une boîte de conserve, ce qui gêne tout même son écoute et en amoindrit quelque peu l’impact.

Cela dit, Ultraphallus s’en sort avec les honneurs avec ce The Clever des plus intelligemment construits (oui, j’ai osé la faire !). S’il ne dépasse pas son glorieux aîné – la bande à Buzz Osborne –, Ultraphallus n’en demeure pas moins une valeur montante de la scène noise européenne et l’on risque encore de parler de ces Belges à la grosse bistouquette. (Hé quoi, on est en vacances !)