Votum - Time Must Have A Stop

06/07/2008

Par Dan Tordjman

Label: Insanity Records

Site:

L’hégémonie suédoise dans la prolifération de groupes de metal prendrait-elle tout à-coup fin ? On est en droit de se poser la question, considérant cette vague venant tout droit de Pologne. Rappel des faits : il y a d’abord eu Vader, Behemoth ou Abused Majesty qui versent dans l’extrême. Est apparu par la suite, Riverside, qui a entrainé dans son sillage Indukti. Des groupes comme Cashmere, Newbreed ou Division By Zero ont récemment fait parler d’eux. Il faut désormais rajouter à cette liste Votum.

Ce sextet polonais a, semble-t-il, mangé du Riverside et du Porcupine Tree par grandes cuillères à soupe, tant la similitude avec les bandes de Mariusz Duda et Steven Wilson est frappante. « The Pun » ou les premières mesures de « Me In The Dark » vous le prouvent. La noirceur perdure tout du long de Time Must Have A Stop et instaure un climat de malaise… qui ne sera pas pour vous déplaire. Si au milieu coule une Rivière avec sur ses rivages un Arbre à Porc-Epic, vous pourrez apercevoir au loin, à travers « Train Back Home » et « The Hunt Is On », l’esprit de Pink Floyd et Opeth abstraction faite, pour ce dernier, du chant guttural de Mikael Akerfeldt.

Pink Floyd, Opeth, Porcupine Tree, Riverside… autant de noms qui nous font dire que l’accent est mis plus sur l’ambiance que sur le coté démonstratif : les structures alambiquées n’ont pas leur place ici. Votum joue avec les atmosphères, sombres au possible, « Away » et le titre éponyme de l’album en sont de parfaites illustrations. Plus surprenant en revanche sont les envolées lyriques poussées par Maciej Kolinski, qui font ressurgir le spectre de l’école des chanteurs allemands de heavy metal. Certains d’entre vous tiquerons, mais il serait dommage de se priver de ce disque pour si peu. A conseiller aux fans de Riverside et Porcupine Tree qui n’ont rien contre la (bonne) copie.