Songs of the Exile - Reasons

27/06/2008

Par Christophe Gigon

Label: Musea

Site:

Reasons, Another Progressive Rock Story by Songs of the Exile est déjà le quatrième album de ce power trio hollandais. Les fans de Rush auront naturellement déjà dressé l’oreille. C’est vrai que les formations en trio ne sont pas légion dans le microcosme progressif. Les trois musiciens qui composent S.O.T.E. s’occupent à eux seuls de tous les instruments nécessaires à la composition de structures alambiquées et techniques en diable. Jugez plutôt : basses six–cordes, claviers, batterie, percussions, guitares électriques, acoustiques ou classiques et même la guitare-synthétiseur ! Le chant est co-assuré par les trois musiciens. Les voix sont bien posées et jamais désagréables.

S.O.T.E. a évidemment beaucoup écouté Rush, Queensrÿche et Dream Theater. C’est flagrant ! Néanmoins quelques relents de Vai ou d’Alan Holldsworth corsent un peu le tout. C’est donc bel et bien dans un monde de haute technicité que l’auditeur néophyte évoluera. Les compositions ne sont pas en reste et font plutôt bonne figure. Les enchaînements sont bien pensés et le concept, articulé autour de la notion de temps (notion métaphysique s’il en est), fournit l’ossature de ce long album de quatre-vingt minutes ! Les illustrations intérieures sont déjà des aveux : il semblerait avoir déjà vu de semblables idées iconographiques (cerveaux, masques, visages, manuscrits, loupes et autres visages dans l’ombre) chez Rush ou Dream Theater justement. Nonobstant ce réseau de (bonnes) influences, ce disque est plutôt réussi. En effet, de bonnes compositions interprétées par de bons musiciens, le tout servi par une production honnête concourent à faire de Reasons un album que tout fan du triumvirat mentionné devra avoir (au moins) parcouru, histoire de dire que l’on s’intéresse à ces jeunes pousses.

Le problème, car il y en a bien un, reste entier : comment évaluer un artefact musical tel que celui-là ? En effet, cette œuvre n’est pas le moins du monde originale, il est même fort à parier que plus personne ne parlera de cette production néerlandaise après la période des congés estivaux. L’affaire pourrait donc être ainsi réglée. Pourtant, c’est loin d’être le cas. En effet, ce produit n’en est pas moins une création, plutôt bien réalisée du reste, œuvre de jeunes gens motivés, ambitieux et performants. Un tel produit risque donc de donner pleine satisfaction à tout amateur de rock / metal progressif ambitieux. L’évaluation reste donc une tentative malhabile de communiquer sous codes chiffrés les propos articulés dans cet article. CQFD.