The Limit - Reinventing the Sun

13/06/2008

Par Jérôme Walczak

Label: Autoproduction

Site:

On glose énormément sur les trois fougueux Américains de The Limit : première partie de Steve Vai, influences de Rush, des Spin Doctors, voire de Led Zeppelin. On glose tant et plus, en restant pantois devant la méconnaissance abyssale du public envers cette apparente perle rare. Inutile de dire que ce disque rend curieux et fait partie des petites pépites qu’on a hâte de déballer, ne serait-ce que pour vérifier si les concerts de louanges sont un tantinet justifiés.

La réponse est on ne peut plus mitigée. Certes, l’album est agréable, très dynamique, et quelques morceaux font mouche quasi instantanément : la mélopée à la Morrisson sur « A Little Like Dying » au son FM typique et aux envolées fougueuses rappelle le voyage hypnotique de « The Snake » ; une autre réussite : « Sky Walker » au refrain entraînant, qu’on aurait adoré chanté par Bruce Springsteen. C’est d’ailleurs à ce dernier que The Limit renvoie, car si les guitares sont omniprésentes, ce qui charme dans ce disque dense et très accessible, c’est ce son rugueux et sauvage que savent si bien faire les Américains.

Si cet album n’a cependant aucune place dans un magazine dédié au rock progressif, il charmera sans conteste les amateurs du bon vieux rock des eighties, les amoureux des road movies sauvages et ceux qui aiment se perdre dans les déserts de l’Arizona. N’hésitez pas à y jeter une oreille attentive, ce disque en vaut la peine, mais ce qui manque, là encore, et de plus en plus souvent, c’est l’originalité. Rien de véritablement créatif dans ces titres qui s’alignent stoïquement les uns après les autres, sans que de réels soubresauts ne se fassent réellement jour.