Agora Fidelio - Altitude Zéro

30/04/2008

Par Jean-Daniel Kleisl

Label: Jerkov Musiques

Site:

En trois albums, Agora Fidelio, le side-project de Psykup, a su imprimer sa marque sur la scène francophone, à tel point que le qualificatif side-project ne décrit pas vraiment la réalité. Progressia vous avait présenté Le troisième choix (2006), c’est maintenant au tour d’Altitude Zéro, le deuxième album qui précède de deux ans le susnommé.

Agora Fidelio fait indubitablement mouche avec sa pop chantée à tendance post rock. Le propos est pour l’essentiel sombre et profond tant du point de vue sonore que de l’esthétique générale du disque. « De la route à faire » et « L’eau qui dort » sont parfaitement représentatifs de l’état d’esprit général : atmosphère lancinante, tempi généralement lents, guitare dépressive et arrangements somptueux (les superbes passages de clarinette de « L’eau qui dort »). Après moult écoutes, ce qui gêne le plus votre serviteur dans cet album est la voix de Milka, qui, sans être désagréable – bien au contraire ! – ne sort pas vraiment de la moyenne pop rock francophone, c’est-à-dire dans un registre très linéaire comparativement à son travail invraisemblable dans Psykup. A ce titre, les deux instrumentaux (« Les équilibristes » et « Les danseurs se figent ») arrivent à point nommé et s’approchent d’un Mogwai dans ses meilleurs moments.

Les deux dernières plages de l’album forment en quelque sorte le sommet, de par leur approche très radioheadienne (ici, la voix de Milka fait merveille !) et des montées en puissance et en tension absolument saisissantes ! Ajoutez à cela une production digne d’éloge de Yannick Tournier, lui aussi membre de Psykup, et vous obtenez un résultat des plus engageants !

Au total, Agora Fidelio mérite indéniablement la réputation qui est devenue la sienne avec la sortie d’Altitude Zéro et qui sera confirmée ensuite par Le troisième choix. Que l’on aime ou pas certaines options vocales n’est qu’affaire de goût personnel et cela ne nous empêchera pas de recommander chaleureusement cet album.