Molecule - Interstellar

10/04/2008

Par Mathieu Carré

Label: Musea

Site:

Avec Interstellar, on tient la preuve définitive que pour passer de l’échelle de la molécule à celle de l’espace intersidéral, on traverse surtout beaucoup de vide. Musicien incarnant son projet et le portant courageusement, Gérard Verran construit des atmosphères étranges et apaisantes qu’il met en valeur en les éclairant subtilement. Parfois, de doux bruitages ou quelques voix lointaines viennent se lier aux nappes sophistiquées, suscitant la curieuse impression d’être perdu dans un hall d’aéroport trop grand, vibrant aux rythmes des annonces d’embarquement et de la pulsation de la foule. Dans cet univers, rien de dissonant, les différentes étapes du voyage ne se distinguent presque plus, les quelques mélodies ébauchées se mêlent aux courants d’air et d’électricité pour n’être qu’une partie de ces textures un rien vertigineuses ; cependant, mettre en avant un morceau plus qu’un autre n’aurait que peu de sens, puisque c’est dans cette homogénéité même qu’Interstellar se révèle le plus agréable. Si les compositions de Gérard Verran manquent de densité, elles gardent néanmoins un équilibre général bienvenu ainsi qu’un certain charme. Reste à savoir quand l’on pourra en profiter à part lors d’une séance d’UV ou d’une sieste improvisée.