Artificial Light Attract° - Fragile Skin

05/03/2008

Par Dan Tordjman

Label: Autoproduction

Site:

C’est un bien intéressant dossier que constitue Artificial Light Attraction. Sous ce nom à rallonge se cache un duo suisse : Yves P. Schaub est responsible de toutes les cordes, y compris vocales, tandis que son acolyte Jan Stucki est préposé aux samples et autres bidouilles sonores.

Dès les premières mesures d’ « Experience », le constat est flagrant, mais loin d’être alarmant : les Suisses ont consommé sans modération aucune du Tool, King’s X et Rush à très haute dose. Les ambiances sont glauques et sombres au possible, une noirceur propre à la bande de Maynard James Keenan. Le groove présent dans les titres rappelle au bon souvenir de Ty Tabor et sa clique, et le tout est joué avec une musicalité qui n’est pas sans évoquer le trio Canadien. Tout ceci peut paraître quelque peu indigeste, mais l’ensemble est savamment passé à la moulinette suisse.

Artificial Light Attraction frappe fort, avec cette capacité à mélanger des ambiances planantes, digne d’un Pink Floyd période The Wall. Les riffs de guitare et les rythmiques sont en fer forgé, comme sur « Truth ». L’ombre de Porcupine Tree plane sur ce disque, comme en témoignent les choeurs d’« Indifferent Behaviour », tout droit tombés de l’Arbre à porc-épic.

Autre fait marquant : cette subtilité présente sur tous les titres. L’introduction d’ « Inside » renvoie encore à Steven Wilson, mais, bon dieu, que cette montée en puissance à la fois lente et implacable est finement pensée ! Pour finir, impossible de ne pas citer « Deceived » dont les éléments électroniques rappellent Paradise Lost période Host ou Massive Attack. Quelle finesse digne du plus fin des chocolats helvètes !

Voici donc un disque puissant, subtil, terriblement homogène, avec une production plus qu’honnête. Seul bémol, puisqu’il en faut un : le chant d’Yves Schaub gagnerait en intérêt avec un peu plus de variété. Mais c’est du détail, car il s’agit d’un disque authentique, ambitieux, qui jette les bases d’un potentiel à surveiller de très près. Et si Artificial Light Attraction était le successeur de Samael, prophète bien esseulé en son pays depuis plusieurs années ?