Psykup - Le Temps de la réflexion

14/02/2008

Par Jean-Daniel Kleisl

Label: Jerkov Musiques

Site:

Psykup est un groupe toulousain, qui s’apprête à sortir un nouvel album incessamment sous peu (We Love You All) et dont les prestations en concert sont connues et reconnues. Dans l’attente, Progressia se penche sur l’essentiel de sa discographie, à commencer par son premier véritable album, Le temps de la réflexion. Véritable, parce que Psykup s’était prêté deux ans auparavant au jeu d’un premier EP autoproduit, affichant quatre titres pour une durée de trente-cinq minutes (Sors la tête). Le groupe reprend d’ailleurs ces titres sur Le temps de la réflexion, en les remettant au goût du jour.

Psykup, il faut le dire, est l’un des groupes les plus originaux de la mouvance metal extrême française. Et de ce point de vue, Le temps de la réflexion est une grande réussite. Passant allégrement du neo-metal musclé à des passages d’une belle douceur pour revenir à un hardcore extrême mêlé d’accents jazzy ou funky et de rythmiques bien groovy, Le temps de la réflexion n’est de loin pas avare en variations tous azimuts. Les Toulousains sont au top à tous les niveaux et l’on ne peut que s’extasier devant la facilité – toute apparente – avec laquelle ils dénichent des structures rythmiques ou harmoniques démentes ! A ce titre, leur effort est à souligner pour tous ceux qui aiment les changements d’ambiances, les cassures rythmiques et les surprises mélodiques ! De fait, des surprises, il y en a, à l’instar de ce chant en binôme alternant les passages hurlés et chantés (souvent dans un style funk). La qualité des textes est indéniable (« Libido » avec un superbe accompagnement vocal d’Elodie Cassarino), « Martin X » ou « L’Autruche »).

Parlons-en, de « L’Autruche » qui, du haut de ses plus de quatorze minutes, est un concentré de tout l’album. Le groupe y explore toutes ses possibilités, innombrables, sans aucune limite ! Ce titre a d’ailleurs permis à Psykup de définir plus précisément son style de musique : l’autruche-core. C’est à la fois étourdissant, décapant, ahurissant, certes, mais c’est aussi une faiblesse. En effet, laissant exploser leur créativité (qui est énorme), les Toulousains en ont parfois oublié une certaine sobriété. Certains titres auraient gagné à être un tantinet plus courts.

Mais qu’à cela ne tienne, pour un premier album, Psykup a frappé très fort et s’est de suite hissé au niveau des meilleurs groupes metal français. Cette impression a maintes fois été vérifiée en concert. Jusqu’où iront-ils par la suite ? Un début de réponse sera esquissé bientôt dans nos pages !