37500 Yens - Astero

11/02/2008

Par Aleksandr Lézy

Label: Distile Records

Site:

Deux garçons de Reims forment 37500 Yens. Ce duo français atypique sort un premier album Astero chez Distile Records, le même label que Swims par exemple. Après une première démo en septembre 2004, Frank et Jud, ex-Better Thoughts to Come, passent aux choses sérieuses en nous jetant à la face huit titres explosifs.

Que peuvent valoir 37500 yens ? Le prix d’un CD qui, dans le présent cas, ne dure que quarante minutes d’un math rock / math core instrumental comme le font si bien Hella, Chevreuil ou Cheval de Frise. Nulle raison ici de les comparer, juste resituer leur style, emprunt d’expérimentations noisy dans des cycles répétitifs, des cassures de rythmes incessantes, de la mélodie aussi, accélérations, ralentissements, évolutions permanentes grâce aux loops de guitare et à la surprenante technique du batteur.

Jud à la guitare et Frank à la batterie prennent plaisir à se renvoyer la balle. On rebondit sans cesse. Le fait qu’ils ne soient que deux permet d’apprécier chacun des instruments, mais retire aussi de la même manière le plaisir que procurent le ronflement d’une basse ou la voix d’un chanteur bien énervé. C’est pourquoi les deux musiciens ne s’enferment pas dans un duo constamment : un saxophone de plus sur « Canard boiteux » et une voix d’une violence phénoménale éructe sur « The Sullivan’s Quartet ».

Enfin, voilà un groupe qui par ses propres moyens réussit à créer un son, une véritable identité organique. Un son quasiment studio mais travaillé de manière à rendre un effet live. Et le résultat est vraiment propice à ce genre de musique, car comment mieux faire sonner des expérimentations sur les saturations, par exemple, que de les rendre les plus vivants possibles ? Bref, la production est un peu sale, la batterie lointaine mais puissante et profonde et l’on sent que ça part vraiment d’une envie, d’une sorte de recherche, à son échelle.

Il faut reconnaître le talent de ces deux musiciens. 37500 yens est un duo original, aventureux, qui a matière à étonner, et qui met un premier pas dans la cour des grands. Il faudra en donner un peu plus la prochaine fois, en restant aussi peu consensuel et un peu moins scolaire par moments, sans jamais oublier le maître mot : innover.