Id Guinness - Cure For The Common Crush

31/01/2008

Par Dan Tordjman

Label: Rapid Transformation

Site:

Si Id Guinness est encore inconnu de par chez nous, ce musicien, originaire de Vancouver, a su se faire une jolie réputation dans son pays. Cet artiste mérite qu’on se penche un instant sur son cas.

Ce qui frappe d’abord chez Id Guiness, c’est cette voix, à la croisée des chemins entre David Bowie, Bryan Ferry, Peter Gabriel, Bono et Roger Waters, tantôt cristalline, tantôt angélique. Id Guinness est à l’image d’un acteur qui se glisse dans la peau du personnage qu’il incarne. Tout au long du disque, on a cette vision de l’homme qui change de costume au fil des titres. N’espérez point de riffs en acier trempé ou de mesures impossibles à battre au pied. Pour cela, il faut attendre le nouveau Meshuggah. Ici, on découvre un ciseleur de mélodies hors pair.

Musicalement, Cure For The Common Crush est d’une richesse rare, à la production immaculée et claire, et l’on devine des paysages à l’écoute des titres. « Rising River », qui ouvre l’album, fait penser à une nuit à la belle étoile, passée près des chutes du Niagara. « Jade Garden » et son intro orientale vous emmènent au pied du Taj Mahal avant de repartir vers un rock californien plus carré, avec un petit cousinage avec les dernières productions de Carlos Santana. Le titre éponyme, quant à lui, fait penser à une heureuse rencontre entre U2 et Peter Gabriel. D’ailleurs l’influence de l’Ange est manifeste par ce coté sombre qui pèse de tout son poids sur le titre. On retrouve U2 dans « Always Crashing In The Same Car » avec ces mélanges de boucles et cette touche moderne chers au groupe irlandais. Ensuite, la musique s’énerve un peu – toujours avec finesse, soit dit en passant – avec « Negative » aux influences plus alternatives, avant de repartir sur une superbe ballade « The Joke ». Mais la cerise sur le gâteau a pour nom « Wailing Wall », somptueux hommage au Floyd avec de fortes réminiscences du célèbre « Great Gig In The Sky »

Cure For The Common Crush est à n’en pas douter une des très bonnes surprises de ce début d’année. Id Guinness est un compositeur unique, dans la lignée d’un Nick Drake ou d’un Peter Gabriel. Ce disque est le genre d’album simple qu’on écouterait pour se reposer, s’oxygéner ou pour les longs trajets en voiture. Un bon bol de fraîcheur pour tous ceux qui cherchent quelque chose de neuf et de racé, digne du plus beau des travaux d’orfèvre.