Øresund Space Collective - It’s All about Delay

25/01/2008

Par Jean-Daniel Kleisl

Label: Record Heaven

Site:

It’s All about Delay précède de quelques mois la sortie de The Black Tormato. A nouveau, les fans de longues jams seront ravis, à commencer par les afficionados d’Ozric Tentacles. Øresund Space Collective développe encore et toujours ce space rock qui est sa marque de fabrique : rythmiques lancinantes et répétitives, alternance de soli de claviers et de guitares, sons antédiluviens qui rappellent le Pink Floyd de 1970, etc.

Ce double album est parfaitement exécuté par des musiciens compétents. De plus, contrairement à The Black Tormato, le premier disque présente des pièces relativement plus concises, donnant l’impression d’un meilleur travail préalable à l’enregistrement. L’ambiance dégagée rappelle par moment l’excellent premier disque de Monkey 3. Toutefois, ce bon point est rapidement contrebalancé par la deuxième partie de It’s All about Delay : Øresund Space Collective y retombe dans ses travers les plus malheureux, et les jams interminables et répétitives finissent par lasser l’auditeur.

A ce propos, une question taraude indubitablement l’esprit : celle de la longueur des œuvres. Pourquoi donc remplir deux disques jusqu’à la nausée ? Ici, Øresund Space Collective gave l’auditeur de plus de deux heures trente de musique ! Evidemment, le groupe n’est pas le seul en cause : depuis l’avènement du format CD, qui a permis d’étendre la durée d’un album de cinquante pour cent en moyenne, de nombreux artistes se sont rués sur cette possibilité, sans pour autant y gagner en intérêt. Certains peinent en effet à intégrer une certaine concision dans leur propos, à tel point qu’on peut se demander s’ils n’ont tout simplement pas peur d’enlever telle ou telle partie pourtant moins intéressante. A ce titre, les doubles albums sont très rarement passionnants de bout en bout – il s’agit là d’une constante historique – et It’s All about Delay vient une fois de plus confirmer ce propos.