Ahleuchatistas - Even in the Midst…

17/01/2008

Par Aleksandr Lézy

Label: Cuneiform Records / Orkhestra

Site:

Douze titres ? Cinquante-et-une minutes ? C’est un peu comme si Ahleuchatistas sortait deux disques d’un coup ! Trêve de plaisanterie, il n’aura fallu qu’une toute petite année à notre power-trio d’Asheville en Caroline du Nord pour sortir leur nouvel album. Peut-être est-ce la motivation d’avoir signé chez Cuneiform Records ou bien de voir leur deuxième album, épuisé depuis belle lurette, réédité chez le fameux label de John Zorn, Tzadik, qui leur a donné un sacré coup pied au train ? Probablement ! En attendant, voici un petit aperçu de ce que ce Even in the Midst … propose.

Quatrième album d’une déjà belle discographie, Ahleuchatistas est de retour en cette fin d’année 2007 avec ce disque à la magnifique pochette dénonçant les atrocités de la guerre d’un point de vue extra-diégétique. Le groupe, comme déjà énoncé dans les chroniques précédentes est assez militant et passe à travers les titres de leurs morceaux instrumentaux des messages de type antimilitariste. L’attitude belliqueuse des Etats-Unis étant connue, inutile d’en dire plus à ce sujet, seule la musique nous importe ici.
Musicalement donc, Ahleuchatistas continue à faire du Ahleuchatistas. Il n’y a dans ce constat rien d’alarmant, au contraire. Toujours aussi travaillé, leur brutal prog s’affole dans tous les sens, même si on sent les riffs plus écrits, plus maîtrisés, donnant par instants la sensation d’une musique expérimentale moins froide. Les mélodies font de plus en plus surface et les dissonances s’évaporent tantôt. Les alternances de tempi ainsi que de nuances commencent à apparaître elles aussi, ce qui était moins le cas dans les albums passés. La production d’un incroyable réalisme, quant à elle subjugue. L’énergie est telle qu’on transpire à la place des trois musiciens, Sean Dail le batteur étant le plus remarquable.

Ahleuchatistas s’affirme, prend position en modifiant légèrement sa recette qui pour le moment fonctionne il est vrai parfaitement. Even in the Midst est un très bon album qui mérite d’être découvert, car il y a quelques signes avant-coureurs d’ouverture vers un plus large public, même s’il faudra à coup sûr se renouveler davantage sur le prochain album. Ne les blâmons donc pas, leur reprocher de sortir un album qui ressemble au précédent, serait comme de punir John Zorn d’avoir sorti un dix-neuvième Filmworks