Believe - Hope to See Another Day

21/12/2007

Par Christophe Gigon

Label: Galileo Records

Site:

Dans la famille « rock néoprogressif polonais », j’aimerais le petit dernier s’il vous plaît. Merci !
Believe a fait son entrée, discrète, il y a déjà plus d’une année sur la scène définitivement intéressante du renouveau progressif de l’est. Cependant, cette formation polonaise n’est pas constituée de petits jeunes désirant s’enfiler « progressivement » dans la brèche déjà bien ouverte par Collage, Satellite ou Riverside. Et pour cause ! Collage et Satellite font un peu partie de Believe, puisque Tomek Rozycki était le premier chanteur de Collage (au sein duquel il est remplacé par Robert Amirian, actuellement chanteur de Satellite) et Mirek Gil (guitares) faisait déjà partie du même groupe et de Satellite (sur leur premier album, le très bon A street between sunrise and sunset (2003), à la superbe pochette signée Mark Wlkinson (Marillion, Fish), et fruit de la séparation de Collage). Vous suivez ? On reprend : Believe et Satellite sont deux groupes nés des cendres de Collage, institution polonaise bien connue des amateurs de rock progressif « polishé ». Comme ce serait trop simple, Mirek Gil a joué dans les trois formations avant de se concentrer pleinement sur le dernier projet auquel il croit (Believe).

Believe propose donc un rock néoprogressif de facture classique (Pendragon, IQ ou Marillion période Hogarth) mais qui bénéficie de trois atouts remarquables. En premier lieu, la voix rauque et expressive de leur chanteur, proche de celle de Ray Wilson. Ensuite, le toucher plein de délicatesse de Mirek Gil, qui avait déjà fait les beaux jours de Collage sur le magnifique Moonshine paru en 1994. Et enfin, l’apport original de Satomi au violon qui offre une touche d’originalité peu fréquente dans ce style si souvent stéréotypé et qui se contente malheureusement trop souvent de se citer lui-même. Si l’on ajoute à tout cela le fait que les huit compositions figurant sur ce premier album du groupe sont parfaitement travaillées, on comprendra que l’on a affaire ici à une nouvelle entité progressive sérieuse, et qui sort du lot. Believe propose en effet une musique plus intéressante et fraîche que celle de son compatriote Satellite. Les titres sont tous très bien produits et la qualité est élevée. Chaque morceau, bien construit et finement architecturé, est magnifié par les interventions tout en finesse du tandem guitare/violon. Le tout est, certes, très calme, mais en rien soporifique ou sirupeux. On a affaire ici à de la grande musique progressive de première classe. Patrick Becker, patron de l’excellent label helvète Galileo Records, a eu le nez creux de les engager dans son écurie, qui commence à devenir prestigieuse ( Xang, Prisma, Ex-Vagus, Simon Says ou encore Moongarden).

Un très bon premier album, pas révolutionnaire certes, mais assez émoustillant pour mériter qu’on le conseille aux amateurs… et aux autres. En effet, il est bien difficile aujourd’hui d’évoluer dans un style aussi codifié que le rock néoprogressif tout en s’efforçant de proposer un peu d’air frais. Believe y parvient haut la main grâce, entre autres, aux magnifiques arrangements pour violon et à la voix du chanteur qui ne ressemble, une fois n’est pas coutume, en rien aux vocalistes reconnus du milieu (Nick Barrett, Fish ou Peter Nicholls). Un album extrêmement mûr (et pour cause !) pour un coup d’essai, et une petite pépite de néoprogressif classique à acquérir au plus vite.