Aisles - The Yearning

16/12/2007

Par Aleksandr Lézy

Label: Mylodon Records

Site:

Fondé en 2001 à Santiago, ce groupe chilien représente la nouvelle scène neo prog d’Amérique du Sud. Influencé notamment par le rock progressif anglais des années 1970, Aisles possède une particularité qui réside dans son line up : sept musiciens, dont les trois frères Vergara ! Sebastian au chant et à la flûte, German aux guitares et chœurs et enfin Luis au piano et synthés. Seul album à ce jour, The Yearning est un premier essai pour bien des raisons.

Le fait que trois frères jouent dans un même ensemble est étonnant par sa rareté. Mais le plus surprenant se trouve en lisant le livret. Cinq musiciens formaient le groupe à la sortie de l’album en 2005 et pourtant, ni basse ni batterie ne sont mentionnées. Pourtant, à l’écoute du disque, il est évident que ces deux instruments sont joués. C’est de façon presque illisible que le mystère s’éclaircit. La batterie est en fait des samples joués par le claviériste Alejandro Meléndez et Rodrigo Sepulveda, le deuxième guitariste. La basse, quant à elle, a été enregistrée encore une fois par Alejandro et German. Ce point était à souligner car cela signifie que le groupe était composé à l’époque (apparemment le problème a été résolu depuis) d’un chanteur, de deux guitares et de deux synthés. C’est à s’y perdre !
Le néo progressif de Aisles n’est pourtant pas si dénué de sens. Les mélodies sont très nombreuses et les morceaux sont construits de manière surprenante. N’ayant pas de batteur, les transitions sont simplifiées par de simples coups de charleston. Pourtant, malgré quelques maladresses comme l’accent anglais approximatif du chanteur, les idées sont plutôt bien trouvées, même si classiques. La voix douce et sirupeuse est agréable, un peu ennuyante néanmoins car Sebastian reste figé sur un unique registre vocal. Les parties instrumentales sont plaisantes, faisant penser par intermittence à Genesis ou Marillion avec un son identique aux premiers Dream Theater. On peut remarquer le potentiel des musiciens, notamment celui des deux claviéristes qui partagent une belle complicité. La production est honorable sans plus, des coupures d’enregistrement étant perceptibles un peu partout sans être gênante pour autant.

Aisles propose avec The Yearning un album manquant un peu d’énergie sur la longueur. Le néo prog mid-tempo a vite fait de s’essouffler. C’est dommage car quelques idées auraient mérité d’être mieux exploitées comme par exemple dans le dernier et bon morceau « Grey ». Dans une véritable formation, ce groupe aura très vite fait de proposer un matériel de meilleure facture, à n’en pas douter.